Pas d’élections sous l’occupation

Dans une déclaration à la presse, le ministre palestinien de l’Information a souligné qu’ « il est impossible de tenir des élections alors que les candidats ne peuvent pas circuler librement », ajoutant que « la situation sur le terrain confirme qu’Israël impose un système d’apartheid aux peuple palestinien ». Pour se déplacer en Cisjordanie, les Palestiniens sont obligés de demander auprès de l’armée israélienne un laisser-passer qui expire le même jour, a-t-il relevé, assurant qu’en dépit de ces entraves, les réformes de l’Autorité palestinienne promises par le président Yasser Arafat allaient commencer «d’ici deux semaines ». « Nous avons besoin d’un changement et de réformes », a-t-il ajouté sans donner davantage de précisions. Yasser Arafat devait rencontrer dimanche la commission électorale centrale qui doit auparavant débattre à Ramallah de l’organisation des prochaines élections.
Le Conseil législatif palestinien (CLP-Parlement) avait voté jeudi une proposition prévoyant un scrutin municipal avant fin 2002 et un scrutin législatif début 2003 après avoir été appelé par M. Arafat préparer la tenue d’élections. M. Arafat avait affirmé vendredi que des élections palestiniennes seraient organisées « dès après la fin de l’occupation de nos terres », en allusion aux zones autonomes occupées par l’armée israélienne ou cibles d’opérations militaires ponctuelles. Juste avant de prononcer ces paroles, le président de l’Autorité palestinienne avait critiqué les multiples incursions ou opérations ponctuelles menées par l’armée d’occupation israélienne contre des zones autonomes palestiniennes de Cisjordanie. Vendredi, en effet, l’armée israélienne était à nouveau entrée dans la ville autonome et le camp de réfugiés de Jénine (nord de la Cisjordanie), qu’elle avait occupé et détruit pendant une dizaine de jours début avril.
Une nouvelle incursion critiquée du bout des lèvres par le département d’Etat américain, qui s’est borné à rappeler sa réserve générale face à ce type d’opérations. Elle a eu lieu quelques heures à peine après que M. Arafat eut lancé un appel au conseil de sécurité de l’ONU pour lui demander d’adopter rapidement une résolution demandant l’arrêt des opérations militaires israéliennes dans les territoires autonomes.
Selon une source sécuritaire palestinienne, deux Palestiniens ont été blessés par des éclats d’obus de char et l’armée d’occupation a arrêté une quarantaine de personnes, dont une seule, Kamal Abou Al-Wafa, un responsable des brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, était recherché par Israël. Des chars ont bombardé plusieurs bâtiments dans la ville et détruit dans le camp de réfugiés la maison d’un responsable du Hamas. Un adolescent palestinien a été tué vendredi et deux autres ont été blessés, dont un grièvement, par l’explosion d’une mine dans le camp de Jénine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *