Périscope : Triste sort

Le président irakien Saddam Hussein a été réélu pour sept ans avec 100 % des voix et 100% de participation. Un score digne des grandes heures de l’ex-URSS. Un résultat unique en son genre qui illustre le ridicule d’une consultation sans objet qui permet même aux bébés de voter. Tous les records sont battus.
Le conditionnement de l’opinion irakienne n’a évidemment pas débuté avec ce référendum. En Irak, le culte de la personnalité a, depuis longtemps, pris un tour surréaliste. Présent sous forme de statues, monuments, posters, photos, Saddam Hussein s’affiche en tout espace et en tout temps, bienveillant ou menaçant, c’est selon. Un big brother omniprésent, qui fait peur.
Les faits et gestes du président irakien meublent les journées d’une population impuissante et terrorisée à l’extrême. La plupart des Irakiens partagent ce sentiment d’injustice étant privés d’informations indépendantes, coupés du monde et dans l’impossibilité de s’exiler.
L’angoisse inavouable en public, par crainte de représailles, est pourtant visible sur les visages. Mais cette détresse ne se dit pas à cause d’un contrôle policier sans pareil. Le maillage de la population irakienne par le parti Baas et par les services de renseignement est très dense et ne cesse de se resserrer. Dans cette ambiance d’oppression physique et morale de tous les jours, les Irakiens s’attendent à un autre drame, celui d’une nouvelle guerre dont ils ne veulent pas et qui leur est pourtant imposée. Un drame à plusieurs actes est en train de se jouer dans cette société irakienne condamnée à un huis clos permanent.
Le régime de Saddam Hussein a fait beaucoup de morts. Les Irakiens sont déracinés mentalement dans cette phase d’attente angoissée d’une frappe américaine qui se fait pressante.
Passé l’ivresse d’un exercice démocratique très particulier et unique en son genre, l’Irak continue d’assumer son triste sort sans pouvoir maîtriser son destin. Il devra subir Saddam Hussein, au pouvoir depuis 1979, pour sept ans encore. À moins que les Américains ne viennent y mettre une fin prématurée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *