Un ravisseur algérien pris au piège de la police marocaine

Fin du cauchemar pour le ressortissant marocain enlevé en Algérie. La police marocaine a, en effet, réussi à le libérer après son enlèvement et séquestration en Algérie. Les kidnappeurs réclamaient une rançon de 500.000 dirhams.
Le ravisseur a été piégé par la police marocaine, après que cette dernière a réussi à établir un contact indirect avec lui. Elle lui a promis le versement de la rançon à la frontière après la libération de l’otage, selon des sources locales. Cette affaire remonte au 21 décembre. Les services de police d’Oujda ont été alors avisés par une ressortissante marocaine qui recevait des appels téléphoniques émanant d’un GSM abonné en Algérie. Son interlocuteur l’a informée que son beau-fils est séquestré chez-lui en Algérie. Il  lui réclamait une rançon de 5.000.000 de dinars, soit 500.000 dirhams, contre la libération de son proche, qui lui a confirmé sa séquestration, précise-t-on de même source. Les premières investigations ont établi un rapprochement entre cet enlèvement et une autre affaire de coups et blessures, dont le plaignant n’est autre que l’associé du séquestré dans une activité de contrebande de bois et des agrumes entre le Maroc et l’Algérie, ajoute des sources locales. Ledit associé a reconnu, lors de son interrogatoire, qu’il a été lui-même victime d’enlèvement et de séquestration par un Algérien, résidant à Maghnia avec la complicité de ses acolytes, dont un Marocain, afin de le contraindre à s’acquitter d’une dette s’élevant à 132.000 dirhams, objet d’une transaction illicite antérieure, précisant qu’il avait réussi à échapper à ses ravisseurs. Un contact téléphonique a été établi entre le présumé ravisseur et la famille du séquestré ainsi qu’avec son associé. Les négociations engagées ont abouti à un accord pour la remise d’une rançon de 200.000 dirhams. Une embuscade tendue par les services de la police au lieu fixé pour la remise de la rançon a permis l’arrestation du trafiquant et deux de ses complices.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *