Abbas El Fassi met l’accent sur l’importance de l’étape des élections communales

Les prochaines communales constituent une étape essentielle pour les citoyens afin d’évaluer l’efficience de la gestion des conseils municipaux et ruraux lors de leur mandat écoulé, a affirmé Abbas El Fassi, secréraire général du parti de l’Istiqlal (PI). Intervenant lors d’un meeting consacré à la présentation des candidats et candidates de son parti, organisé, lundi 1er juin, à Casablanca, il a mis en avant les réformes menées par le gouvernement en prélude des prochaines élections communales, dont celles relatives au mode d’élection du président du conseil de la ville, à la consolidation des prérogatives des collectivités locales ainsi qu’à la présence de la femme dans les listes électorales.
Sur ce dernier acquis, il a indiqué que son parti a été le premier à avoir associé la femme dans la vie politique à travers son admission en 1981 dans les instances du parti, qui s’est répercutée positivement sur la présence de la femme plus tard au sein des autres formations politiques ainsi que dans le gouvernement. Et d’estimer que l’étape actuelle exige une participation conséquente et effective de la femme au scrutin du 12 juin, rappelant le score obtenu par son parti lors des dernières élections de 2003, à savoir 1.120.000 voix, devançant le deuxième parti dans le classement avec 990.000 voix. Tout en appelant les militants de son parti à conforter ce résultat dans les prochaines élections communales, il a indiqué que sa formation politique se place en seconde place au niveau de la couverture des circonscriptions avec 15.681 candidats. Il a également fait remarquer que le nombre des sans appartenance politique a baissé lors des dernières élections avec seulement 1500 candidats. Abbas El Fassi a incité, par ailleurs, à la vigilance en barrant la route à toutes les tentatives qui visent à affaiblir la participation des électeurs aux prochaines communales, assurant que le gouvernement, en application des Hautes instructions royales, veillera à garantir la neutralité des pouvoirs publics et à prévenir toute tentative de fraude.
Le secrétaire général du parti de l’Istiqlal a aussi condamné l’achat des voix. Concernant d’éventuelles coalitions, il a assuré que son parti restera dans la Koutla tout en s’associant au Rassemblement national des indépendants (RNI). Il a indiqué que, fort de la confiance placée par SM le Roi en le gouvernement, le parti de l’Istiqlal poursuivra son action en coordination avec ses partenaires traditionnels dans la Koutla, en l’occurrence, l’USFP et le PPS, en plus du RNI. Il a appelé les militants de son parti à rester fidèles au choix opéré par lesdits partis depuis 1998, ajoutant que cette coalition restera homogène malgré certaines divergences de vue qu’il a qualifiées d’«insignifiantes».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *