Abdessamad Lamrimri: «Le retard de la réforme a déjà coûté pas moins de 10 milliards de dirhams»

Abdessamad Lamrimri: «Le retard de la réforme a déjà coûté pas moins de 10 milliards de dirhams»

Trois questions à Abdessamad Lamrimri, conseiller parlementaire et secrétaire général adjoint de l’UNTM

ALM : Les opposants à la réforme actuelle de la CMR ont réussi à retarder de nouveau le débat parlementaire…

Abdessamad Lamrimri : Je ne peux décrire ce qui vient de se passer, mercredi dernier au Parlement, à l’occasion de la programmation des projets de loi liés à la réforme des retraites, comme une réussite. Au diable cette réussite qui met en péril l’avenir des centaines de milliers de retraités !
Au diable cette réussite qui veut que l’argent public soit destiné à colmater un gouffre financier qui ne cesse de s’agrandir ! Le temps est venu pour que la réforme soit menée à son bout. Le Parlement doit trancher. Je tiens à préciser dans ce sens qu’il ne s’agit pas d’un nouveau report. La séance du mercredi est restée ouverte et une nouvelle réunion doit avoir lieu au cours de la semaine prochaine pour reprendre le débat sur les textes en question.

Faut-il envisager un retrait des projets de loi en question de la deuxième Chambre pour les transmettre à la Chambre des représentants où le gouvernement dispose d’une majorité confortable ?

Je ne connais aucun texte de loi ou règlement qui prévoit cette possibilité uniquement parce que des groupes de parlementaires décident de faire barrage à une réforme. Le travail des deux Chambres parlementaires est régi par la Constitution et les lois en vigueur. Celles-ci méritent d’être respectées. Le travail doit être accompli et personne ne peut empêcher ou entraver le travail des institutions constitutionnelles de notre pays.

Mais les syndicats semblent décidés à en découdre…

vous savez, la réforme a beaucoup trop tardé. En trois ans, le retard de la réforme a déjà coûté pas moins de 10 milliards de dirhams, mobilisés par le gouvernement pour éviter la faillite de la Caisse marocaine des retraites. Cette somme est tout simplement astronomique surtout dans un laps de temps aussi court. L’opinion publique doit savoir que cette somme de 10 milliards de dirhams représente le budget consacré par le ministère de l’intérieur aux 12 régions du Royaume de 2015 à 2021, soit pour tout un mandat. Il faut rappeler aussi que la réforme était déjà prête depuis 2010 mais elle a été retardée pour des calculs politiciens. Curieusement, ceux qui ont eu ce raisonnement n’ont pas gagné les élections par la suite. Le gouvernement actuel aurait pu tout simplement faire de même et enterrer la réforme à quelques mois des prochaines élections législatives.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *