Associations au coeur des législatives : ADFM : Pour l’implication de la femme dans les élections

Associations au coeur des législatives : ADFM : Pour l’implication de la femme dans les élections

«A l’ADFM, on n’a-ppelle pas pour voter pour les femmes. Mais, pour voter pour des hommes et des femmes qui ont de bons programmes !», lance Khadija Erebbah, présidente de la section casablancaise de l’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM).
Pour le scrutin du 7 septembre prochain, le corps électoral compte 15.510.505 électeurs contre 13.884.467 en 2002. Et 49 % des électeurs sont des femmes. Selon les dernières statistiques du ministère de l’Intérieur, la répartition des électeurs par niveau d’instruction démontre que 57% des électeurs sont sans instruction, 19 % disposent d’un niveau primaire, 17% d’un niveau secondaire et 7% d’un niveau supérieur.
«Nous sommes en train d’élaborer un rapport sur ces élections législatives pour mesurer le poids réel de la femme dans les programmes des partis politiques. Nous étudions pour cela les discours des acteurs politiques, les couvertures médiatiques…Les résultats de ce rapport vont être annoncés après les élections», note Mme Errabah. Au début de ce mois d’août, l’ADFM a lancé une campagne de communication relative à la participation des femmes dans le champ politique.
Initiée en partenariat avec l’Union européenne (UE), cette campagne de communication a pour objectif d’inciter les partis politiques à donner plus de chance aux femmes lors des prochaines élections législatives afin de renforcer leur représentativité au sein du Parlement.
Les membres de cet ONG soulignent que l’ADFM est une association à but non lucratif et autonome créée en 1985 dans le but de promouvoir l’égalité de jure et de facto entre les hommes et les femmes.
« L’ADFM est une entité autonome qui n’est soumise à aucune tutelle externe. Elle définit sa mission, sa vision et ses activités en toute indépendance, efficience et responsabilité. L’ADFM s’assigne comme mission la  protection et la promotion des droits humains des femmes tels qu’universellement reconnus», ajoute-t-on. Le principal objectif de cette association est de faire de telle sorte que les intérêts stratégiques des femmes marocaines puissent être pris en compte et leurs droits et dignité reconnus et établis. Ainsi, ses activités sont orientées vers le renforcement des capacités des femmes afin de leur permettre de participer pleinement au  progrès social et économique du  Maroc.
Les membres de l’ADFM sont des féministes engagées dans les luttes pour promouvoir l’égalité et pour enraciner les relations démocratiques et égalitaires dans les rapports entre les hommes et les femmes et au sein de la société marocaine. «En analysant le niveau de présence des femmes sur les listes locales et nationales des divers partis politiques, je pense que nous avons encore du chemin à faire. Il  y a toujours une gestion patriarche de la chose politique», précise Mme Errabah.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *