Benmoussa trace les contours de la commune de demain

Benmoussa trace les contours de la commune de demain

Le ministre de l’Intérieur, Chakib Benmoussa, a donné, lundi 20 avril, le coup d’envoi d’une campagne d’information sous le thème «La commune à l’horizon 2015». Le ministre de l’Intérieur a indiqué à cette occasion que cette  campagne sera menée dans les villes de Tanger, Fès, Marrakech, Casablanca et Salé et s’inscrit dans le cadre de la consécration de la culture du dialogue et de concertation entre le gouvernement et les formations politiques.
La cérémonie de lancement de la campagne a été marquée par la présence de plusieurs représentants du gouvernement, des chefs et représentants des partis politiques ainsi que des représentants de la société civile. Le ministre de l’Intérieur a mis l’accent sur les défis de la commune de demain, qui sont de véritables axes de progrès. «Les principaux défis de la commune de demain sont d’abord un élu stratège, appelé à définir des visions, fixer des choix et orienter les interventions par le recours à la planification stratégique, une administration locale performante par des ressources humaines qualifiées et motivées, et des ressources financières mobilisées, un Etat accompagnateur, par le passage de la tutelle à l’accompagnement et des logiques sectorielles à l’action coordonnée et enfin un environnement juridique favorable, par la préparation des textes et règlements de nature à fluider l’exercice des prérogatives des communes», a précisé le ministre de l’Intérieur.
M. Benmoussa a indiqué qu’il revient à l’Etat de soutenir les communes afin de se doter des moyens opérationnels de mise en œuvre de leurs stratégies et de leurs propres visions du développement. Cette action de l’Etat est structurée autour d’un plan cohérent de développement. Ce plan d’action stratégique expliqué par le ministre de l’Intérieur s’articule autour de six axes interdépendants. Le premier axe concerne la planification du développement des agglomérations et aires métropolitaines, des villes moyennes et petites communes, notamment à travers la mise en place d’ un kit de la planification stratégique participative, un programme d’appui et d’accompagnement aux collectivités locales et le financement du processus participatif d’élaboration et de pilotage des Plans communaux de développement. Le plan d’action porte également sur l’organisation et pilotage. M. Benmoussa a indiqué à ce sujet qu’une offre de service importante est en cours de déploiement par l’Etat pour aider les communes à combler le déficit de l’insuffisance de l’organisation et la très faible présence des systèmes d’information qui handicape leur gestion et leur image auprès des citoyens. Les chantiers ouverts dans ce cadre résident dans l’installation d’un kit organisation à l’usage des communes, la mise en place d’un système d’information des collectivités locales et un portail des collectivités locales et enfin la modernisation de l’état civil. Un autre point crucial du plan d’action stratégique concerne la mobilisation des moyens de financement. «Un plus grand professionnalisme et de nouvelles souplesses doivent être introduits pour permettre aux communes de mobiliser leurs moyens de financement et d’assurer une structure saine des finances. Ces objectifs ne peuvent être atteints qu’à travers une mobilisation du potentiel des ressources, une gestion dynamique du patrimoine et une amélioration du cadre budgétaire et comptable», a indiqué le ministre de l’Intérieur. «En 2003, les recettes des communes étaient de l’ordre de 15 milliards de dirham alors qu’en 2008 le montant des recettes a passé à 25 milliards. Aujourd’hui, plusieurs communes réalisent un excédent qui leur permet de développer des actions de partenariat mais il reste un travail à faire dans ce domaine, notamment en ce qui concerne la simplification des procédures», a-t-il ajouté. Le quatrième volet du plan d’action concerne la modernisation de la gestion des ressources humaines, notamment à travers quatre domaines, le recrutement des agents publics locaux, leur motivation, une gestion administrative des ressources et la formation. Le quatrième volet du plan d’action de l’Etat est la professionnalisation de la maîtrise d’ouvrage et des services publics. Selon M. Benmoussa, les chantiers ouverts dans ce domaine concernent la normalisation des services publics locaux, l’amélioration du processus de la maîtrise d’ouvrage, la professionnalisation de la gestion directe des services publics locaux et la professionnalisation de la gestion déléguée. Le dernier volet du plan se réfère au cadre juridique et institutionnel. «Le renforcement des capacités de gestion des collectivités locales suppose une adaptation du cadre juridique et du fonctionnement des institutions locales». Au terme de cette rencontre, les représentants des partis politiques et de la société civile ont, pour leur part, enrichi le débat en mettant l’accent sur les divers problèmes auxquels sont confrontées les communes aujourd’hui. Ils ont mis en exergue les défis qui se posent dans le cadre des prochaines échéances électorales.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *