L’intervention de Khellihenna Ould Errachid à l’ouverture des négociations

"Monsieur l’Envoyé Personnel du Secrétaire Général des Nations Unies Honorables participants, C’est un honneur pour moi que de prendre la parole, en tant que membre de la délégation marocaine, en ma qualité de Président du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes, instance qui assure aux forces vives du Sahara, toutes catégories et sensibilités confondues, une représentativité digne de leur histoire, de leurs traditions et de leurs valeurs, faites de fidélité et de sincérité, et reposant sur le socle d’un patrimoine séculaire. Ce Conseil a contribué à ce tournant historique majeur, dans le cadre d’une approche visant à parvenir à une solution fondée sur la réconciliation et le compromis, pour la question du Sahara.
C’est aussi un bonheur pour moi que d’exposer directement les vues d’une majorité à laquelle l’occasion a été rarement donnée d’exprimer librement ce qu’elle pense, et de faire entendre sa voix au sein des Nations Unies et auprès de la communauté internationale.
L’instant que nous vivons aujourd’hui, représente, pour nous, une précieuse opportunité historique que nous ne devons pas rater. Une opportunité que nous offre cette rencontre fraternelle directe et que nous devons saisir pour régler définitivement ce problème qui a abouti à une impasse. En effet, la conjoncture nationale, régionale et internationale est plus que jamais favorable pour mettre un terme aux souffrances des nôtres dans les camps, ainsi qu’à la séparation des familles, et pour évoluer vers une véritable réconciliation.
Ce sera là assurément le point de départ réel d’un processus effectif, franc et sincère, propre à rasséréner les cœurs et les esprits et à recueillir l’adhésion de tous autour d’une solution apportant la joie et l’allégresse des retrouvailles entre les proches, d’autant plus que le Sahara s’est considérablement métamorphosé grâce au processus de développement économique, politique, social et culturel, et à la dynamique d’ancrage démocratique qu’il connaît.
Le Sahara d’aujourd’hui ne ressemble en rien à celui hérité de la période coloniale. En effet, grâce aux vastes transformations que sa population, sa communauté et le territoire ont connues, il est, aujourd’hui plus que jamais, mieux préparé pour devenir une terre propice à une réconciliation qui transcende toutes les séquelles du passé.
Etant moi-même l’un des fils de la région qui ont suivi de près tous les développements de l’affaire du Sahara, je puis donc affirmer que l’examen de cette question requiert beaucoup d’objectivité et de réalisme, ainsi que la prise en compte de la réalité intangible qui caractérise cette région, notamment les liens sacrés de la Beia, qui ont uni, des siècles durant, la population de la région au Maroc et à ses glorieux Rois.
Pour toutes ces raisons, et pendant plus de 32 ans, il a été donné à la communauté internationale et aux observateurs, proches et lointains, de se rendre compte que toutes les tentatives, toutes les approches et tous les plans qui ont fait l’impasse sur ces liens, se sont soldés par un échec.
En effet, c’est là le sort inéluctable de tout plan et de toute tentative qui ne prendrait pas en considération ces liens profonds, fortement enracinés dans les cœurs des populations du Sahara.
Aussi estimons-nous que pour cette affaire, la solution idoine réside dans l’initiative historique qui a été faite par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, et dont les membres du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes ont débattu avec tout le sérieux nécessaire et dans le cadre d’une véritable démarche participative, sincère, démocratique et transparente. L’objectif a été de mettre au point un projet susceptible d’être une solution de compromis acceptée de tous.
C’est là, en effet, l’unique solution consensuelle, réaliste et applicable qui vaille pour le règlement de la question du Sahara. Sans la moindre ambiguïté, elle garantit au Royaume du Maroc le respect de sa souveraineté et de son intégrité territoriale, tout en reconnaissant, de manière explicite, franche et concrète, aux fils du Sahara que nous sommes, les droits politiques, économiques, sociaux et culturels qui sont les nôtres, ainsi que le droit légitime, pour nous, de gérer, sous la souveraineté du Royaume du Maroc, nos affaires par nous-mêmes, sur nos terres.
C’est aussi cette solution qui permettra aux peuples du Maghreb de relancer l’édification de l’Union qu’ils appellent de leurs vœux.
Le projet d’autonomie, auquel les fils de la région ont apporté leur concours de façon directe et démocratique, porte en lui tous les ingrédients de la réussite. En effet, il prévoit toutes les institutions et tous les mécanismes qui permettront aux fils de la région que nous sommes, et sans exception, de prendre leur avenir en main. Ceci sera possible à travers la mise en place d’un organe gouvernemental sahraoui, d’un parlement sahraoui élu démocratiquement, d’un appareil judiciaire local, ainsi que de tous les structures et moyens nécessaires au bon fonctionnement des institutions.
Avec cette initiative comme plate-forme, nous disposons d’un cadre large et d’une marge importante pour en négocier toutes les dispositions et pour en améliorer la teneur par vos propositions constructives.
Cette initiative, reconnue au niveau mondial comme sérieuse, crédible et inédite, garantit une solution rapide de la question, mettant un terme définitif au conflit dans les meilleurs délais. Nos populations, ainsi que la communauté internationale et les peuples de la région nourrissent à l’égard de notre réunion des aspirations telles que nous n’avons d’autre choix que de nous hisser à la hauteur des impératifs du moment et d’apprécier à sa juste valeur l’opportunité qui se présente à nous et que nul n’a le droit de dilapider, d’autant qu’elle concerne les fils du Sahara qui ont tant pâti d’attentisme, de rendez-vous ratés et de plans irréalistes.
Nos populations veulent une solution, en sachant pertinemment, dans les camps, comme partout ailleurs, que l’unique solution possible réside bel et bien dans cette initiative, laquelle ne doit, en aucune manière, être perçue par nos frères du Front Polisario, comme une défaite ou une concession.
Ils doivent plutôt y voir une victoire couronnant ce pour quoi ils ont lutté 32 années durant, d’autant plus qu’elle leur garantit tout ce qu’ils recherchaient à travers leur combat, à savoir la réconciliation, le consensus, et la réalisation de véritables acquis politiques, économiques, culturels et sociaux. L’objet d’une lutte n’est pas la lutte en soi, mais le combat pour parvenir à des acquis tangibles.
De surcroît, les options qui s’offrent à nous sont peu nombreuses : La première consiste à choisir une solution possible, réaliste et appropriée, une solution qui soit en phase avec les démarches entreprises par les Nations Unies pour trouver une solution politique consensuelle, résidant dans l’initiative d’autonomie, laquelle est considérée, à juste titre, comme une autodétermination, par voie de consensus, de compromis et de concessions mutuelles nécessitant d’abaisser le seuil des revendications.
Tel, me semble-t-il, est l’avis de l’écrasante majorité des Sahraouis. Ce à quoi ils aspirent et qu’ils appellent ardemment de leurs vœux, c’est que la signature intervienne aujourd’hui, que le salut intervienne aujourd’hui, et que la victoire collective intervienne aujourd’hui.
Quant à la deuxième option, elle est négative et nihiliste. Nul ne s’en réjouit, et elle n’arrange l’intérêt de personne. Au contraire, elle est porteuse de malheurs pour notre région, et ne peut qu’attiser les divisions et les souffrances pour nos populations.
Le Maroc, sous la conduite de son Roi, Amir Al Mouminine, et à l’unanimité de toutes ses composantes, ses sensibilités et ses forces vives, vous invite instamment à vous hisser au niveau de ce moment historique que nous offre l’audacieuse initiative d’autonomie.
Le Royaume du Maroc, Etat séculaire au sein duquel les Sahraouis ont constitué un des piliers, quatorze siècles durant, depuis la constitution de l’Etat-nation marocain, fondé sur l’Islam et le régime monarchique, en appelle donc à votre cœur et à votre esprit, en comptant sur la fibre patriotique qui vibre au plus profond de vos êtres, pour construire un Maroc uni, démocratique et prospère.
Mes frères, membres du Front Polisario, j’en appelle à votre sagesse, votre circonspection et votre souci de suivre le droit chemin et d’agir selon les meilleures prescriptions, pour prendre des décisions appropriées et réalistes, mais fort honorables, décisions qui apporteront le bonheur dans chaque foyer, chaque tente sahraoui, qui empliront de joie les c urs de chaque enfant, jeune, femme ou vieillard sahraoui, où qu’ils se trouvent. Vous aurez ainsi donné une impulsion à notre région pour qu’elle aille résolument de l’avant, guidée dans sa marche par une vision prospective prometteuse, porteuse de tous les bienfaits pour l’ensemble de la région. Ne décevez pas les espérances que les nôtres ont placées en nous tous.
"Si Dieu reconnaît un bien en vos cœurs, Il vous accordera de bien meilleures choses que celles qui vous ont été enlevées".

Wassalamou alaikoum warahmatullah wabarakatouh"

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *