Mohamed Bachir Abdellaoui: «Nous n’avons jamais été informés de l’état d’avancement du plan Tanger-Métropole»

Mohamed Bachir Abdellaoui: «Nous n’avons jamais été informés de l’état d’avancement du plan Tanger-Métropole»

ALM : Comment expliquez-vous la victoire du PJD comme parti majoritaire ayant été à l’origine de votre élection à main levée à la tête du conseil communal de Tanger ?
 

Mohamed Bachir Abdellaoui : Les résultats que nous venons d’obtenir lors des dernières élections viennent récompenser un long travail que nous continuons de mener sous les couleurs du PJD. Nous étions toujours présents sur la scène politique et très proches des citoyens. Ce qui nous a permis de nous surpasser et prendre les devants parmi d’autres formations politiques représentées à Tanger. Mais sans pouvoir par le passé faire partie de l’équipe gestionnaire du conseil de la ville. La preuve en est qu’en 2009,  Samir Abdelmoula avait été élu, sous la bannière du PAM, maire de Tanger, alors que le PJD y avait été le plus représentatif. Il s’en est suivi un grand rassemblement de la population devant le siège de la commune pour protester contre l’alliance des partis minoritaires ayant porté le candidat pamiste à la mairie de Tanger. Le même scénario s’est produit après l’élection de Fouad El Omari comme maire de Tanger en remplacement de M. Abdelmoula, suite à sa démission de la commune. Nous avons toujours fait preuve de notre volonté de prendre part à la gestion de la ville, en ignorant tout en bravant cette ligne rouge qui nous barrait le chemin pour atteindre cet objectif.

Etes-vous disposés à travailler avec une opposition dirigée par le PAM et le RNI ?

Nous essayons de leur éviter l’exclusion et la marginalisation dont nous avons beaucoup souffert quand nous étions à l’opposition. Malgré notre majorité absolue, nous avons décidé de partager la gestion communale avec d’autres partis en faisant intégrer Abdeslam Aïdoni de l’UC et Abdenabi Moro, représentant les listes SAP et ancien Rniste, au nouveau bureau. Et ce, grâce au grand sérieux et au sens de responsabilité dont ils font preuve.  Nous sommes conscients de l’importance du rôle joué par les membres de l’opposition pour nous faire rappeler nos erreurs et nous maintenir dans la bonne voie.
Nous attendons d’eux un comportement mûr et positif visant à assurer le bien-être des citoyens et le développement de la ville. Je me rappelle qu’avec le lancement du programme Tanger-Métropole et pour faire avancer les choses, nous étions pour 90% des projets tout en maintenant notre position contre le budget et le compte administratif.

Quelles sont vos priorités en tant que nouveau maire de Tanger ?

Personnellement, je me sens très chanceux d’être à la tête d’une commune qui vit au rythme de grands projets, dont le plus important est le plan Tanger-Métropole qui est l’une des priorités de la ville.
Nous avons décidé, au cours des deux dernières années qui ont suivi le lancement de ce plan, de réduire notre force d’opposition et être favorables à la plupart des points présentés lors de nos assemblées. D’autant que la majorité des projets soumis au vote avaient été signés devant SM le Roi Mohammed VI.  
Et le conseil communal de Tanger est l’un des principaux partenaires de ce programme, par son engagement de financer 1,3 milliard de dirhams sur son coût global (de plus de 7,6 milliards de dirhams).

Qu’en est-il des projets (inscrits dans le cadre de ce programme royal) dépendant de la commune de Tanger?

Malheureusement, nous n’avons jamais été informés de l’état d’avancement du plan Tanger-Métropole.
D’ailleurs, nos appels récurrents à la programmation d’une présentation des différentes étapes de ce plan à l’ordre du jour de nos assemblées n’ont pas abouti.
Nous avons été à l’origine, en revanche, des comités de suivi (dont notre équipe a été responsable de deux d’entre eux). Mais il s’agissait en fait d’une initiative mort-née, où les membres ne se sont jamais réunis.  Je crois que nous avons du pain sur la planche concernant le traitement de beaucoup de dossiers, y compris celui lié au plan Tanger-Métropole.
Nous allons coordonner avec  les représentants des différents départements concernés et à leur tête le wali, Mohammed Yacoubi, pour avoir plus de détail sur les projets dépendant de la commune, tels que les abattoirs, le marché de gros,… et les faire avancer. Notre ferons de notre mieux pour être à la hauteur des attentes des Tangérois en leur assurant des services de qualité à tous les niveaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *