Aïd Al Adha : 3,7 millions d’ovins et de caprins identifiés par l’ONSSA

Aïd Al Adha : 3,7 millions d’ovins et de caprins  identifiés par l’ONSSA

A quelques semaines de l’Aid Al Adha, l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) rassure :  toutes les mesures de précaution qui s’imposent ont été prises.

Dans le cadre du plan d’action Aïd Al Adha, 108.000 éleveurs ont été enregistrés et 3,7 millions d’ovins et de caprins ont déjà été  identifiés. Ce plan, mis en place par l’ONSSA, comporte plusieurs mesures importantes pour assurer le bon déroulement de l’opération. Ainsi, des actions de contrôle ont été prévues dans les différents points de vente et d’élevage du cheptel. A ce sujet, Abdelghani Azzi, chef de la division de sécurité sanitaire des produits et sous-produits des animaux et des aliments pour animaux à cet Office a précisé que «ce contrôle englobe la surveillance des résidus et la circulation des fientes». Les deux autres volets portent sur l’aménagement de 25 souks mobiles « temporaires » et l’organisation d’une campagne de sensibilisation. Celle-ci permettra de lutter contre toute transgression aux lois en vigueur et de recenser toutes les fermes d’engraissement du bétail destiné à l’abattage. A noter qu’un numéro d’appel «0801003637» a été mis en place à la disposition des citoyens pour les besoins d’information ou de réclamation. Toutes ces mesures contenues dans le  plan d’action sont  destinées à éviter le scandale de la viande verte qui avait eu lieu l’année dernière.

S’agissant de la campagne d’identification et de traçabilité des ovins et caprins qui a été entamée le 6 juin dernier, l’objectif est de certifier 6 millions de têtes à fin juillet. L’identification se fait à l’aide d’une boucle de couleur jaune baptisée Aid Al Adha et comportant un numéro de série composé de sept chiffres. A défaut de ce signe distinctif, l’ovin ou caprin n’est pas identifié et ne devra pas faire l’objet d’un achat de la part du consommateur. Ainsi, le but de cette opération est d’identifier, dans un premier temps, la propriété des animaux et leurs éleveurs et d’assurer ensuite la traçabilité du parcours des animaux depuis leur élevage jusqu’au point de vente. L’ONSSA recommande aux consommateurs de n’acheter que les animaux commercialisés au niveau des points de vente connus et bouclés et d’acheter des animaux qui sont mobiles, actifs, réactifs et pas nonchalants.

Le consommateur doit garder la boucle après l’abattage en cas de réclamation ou d’anomalie et se présenter au service vétérinaire le plus proche, muni de cette boucle, pour l’identification de l’éleveur «qui s’effectuera à l’aide d’une base de données préétablie pour les nécessités de l’enquête », a indiqué M. Azzi. Rappelons que cette année, le ministère de l’agriculture a renforcé les mesures de suivi et de contrôle de la délivrance des médicaments vétérinaires, à savoir des fortifiants (produits énergisants) et des contraceptifs féminins «Minidril» ou traitement équivalent. Et pour cause, le ministère avait relevé que certains vendeurs utilisent de manière frauduleuse ou abusive des fortifiants et des contraceptifs féminins pour engraisser les ovins.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *