La protection de l’environnement mûrit

La protection de l’environnement mûrit

Est-ce le début d’une prise de conscience et de valorisation de l’arrière-pays de la région ? Les prémices sont bien là. Cependant, la mise en place d’un plan d’action qui fait de l’efficacité et de la durabilité un mot d’ordre est loin d’être assurée. Les journées de l’environnement viennent d’être initiées. Et c’est le site touristique la vallée du paradis qui a été le premier bénéficiaire de cette action de sensibilisation et de collecte des déchets, le 25 août. En choisissant pour devise «Ma vallée, mon paradis: keep it clean, keep It zwine», les premières journées de l’environnement initient une première tentative de protection des potentialités naturelles de ces sites. Rappelons que cette action a été entreprise par le Réseau de développement du tourisme rural (RDTR) et l’Association du pays d’accueil touristique des Idaoutanane (PATI), en collaboration avec la commune d’Aksri et le Conseil régional du Souss-Massa.

L’objectif, selon les organisateurs, est de sensibiliser la population locale et les acteurs locaux aux éco-gestes ainsi que la protection des ressources naturelles. «Ceci émane de notre responsabilité en matière de protection de l’environnement, notamment dans nos sites touristiques qui constituent un capital fondamental sur lequel s’appuie le tourisme dans notre région et qui sont menacés par la dégradation», expliquent-ils.

Si la vallée du paradis est l’un des sites touristiques les plus connus de la région, l’accumulation des déchets, l’absence d’une culture de respect et de protection de l’environnement ainsi que l’absence d’actions pérennes jusqu’à maintenant l’exposent à une forte dégradation. Preuve en est la collecte de 130 grands sacs de déchets solides, lors de cette journée, par 140 participants constitués des associations locales, les acteurs régionaux ainsi que des touristes nationaux et internationaux qui ont réagi positivement aux campagnes sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, une vingtaine de bacs à déchets et des panneaux de sensibilisation ont été livrés à la commune d’Aksri et ont été mis en place tout au long du site de la vallée du paradis.

En outre, et pour pérenniser l’action de la collecte de déchets sur le site, une convention cadre de partenariat a été signée entre l’Association du Pays d’accueil des Idaoutanane et la commune d’Aksri.
Il est à rappeler qu’une convention a également été signée entre le Réseau de développement du tourisme rural et l’Association du pays d’accueil touristique des Idaoutanane le 19 août 2016 afin de lancer cette première action.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *