Le rapport politique de Abbas El Fassi

Dans un exposé devant le Conseil national du parti de l’Istiqlal (PI), réuni samedi et dimanche au siège central du parti à Rabat, Abbas El Fassi a affirmé que «les populations de nos provinces sahariennes n’acceptent aucune alternative à l’unité, ils mènent une vie normale, contribuent aux efforts de développement de ces provinces et participent à la vie politique de leur pays». Le secrétaire général du PI a affirmé également que «le Maroc restera attaché à la solution politique que le secrétaire général de l’ONU avait proposée, après s’être rendu compte, à la lumière des rapports de son envoyé spécial et des données de la réalité, de l’impossibilité de tenir le référendum». Evoquant les dernières consultations électorales, M. El Fassi a souligné que «les élections générales, en l’occurrence les législatives et les communales, ont été honnêtes et que l’administration a observé la neutralité», ajoutant que «les instructions royales ont été respectées en ce qui concerne l’honnêteté et la transparence du scrutin». Après avoir affirmé que le projet du Code de la famille figure parmi «les plus importantes réformes que connaît notre pays sous l’ère nouvelle», M. El Fassi a rappelé que «SM le Roi avait désigné une commission royale travaillant sous ses Hautes directives pour moderniser le contenu de la législation connu sous le nom de statut personnel, de manière à répondre à l’évolution de la société et rétablir l’équilibre dans la cellule fondamentale de la société, qui est la famille». Le secrétaire général du PI a, par ailleurs, salué la création de la Commission de l’équité et de la réconciliation qui «vise le règlement équitable et définitif des violations et des dépassements commis par le passé» et assurer l’intégration sociale et la réhabilitation psychologique et sanitaire des victimes, ajoutant qu’ «il faut réconcilier les citoyens avec leur Histoire». S’agissant de l’action gouvernementale, M. El Fassi a souligné que « le gouvernement a franchi d’importantes étapes sur la voie de la réalisation de son programme», précisant que parmi les plus importants acquis figurent l’adoption du Code de travail et le règlement de quelques dossiers épineux dans les secteurs économiques importants (SOGETA, SODEA et BNDE). Les travaux du Conseil national se sont soldés par l’élection d’un Comité central composé de cent personnes, en plus des membres du Comité exécutif et de la Commission des sages.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *