Lmrabet persiste et signe

Lmrabet persiste et signe

Une bataille acharnée fait rage sur les colonnes du journal électronique espagnol "Periodista Digital" entre le correspondant de la MAP à Madrid, Saïd Ida Hassan et le collaborateur du journal espagnol «El Mundo», Ali Lmrabet. accusant les journalistes de la MAP d’être des informateurs à la solde des services secrets marocains. Dès l’annonce de la décision des deux confrères de la MAP de porter plainte pour diffamation contre le collaborateur du journal El Mundo, Periodista Digital, un forum de débat et d’expression pour les journalistes espagnols, s’est intéressé à cette affaire qui promet des épisodes médiatiques et judiciaires beaucoup plus passionnants.
Dans une interview accordée au journal, Ida Hassan a expliqué que la gravité de l’article de Lmrabet réside dans le fait que ce dernier essaie d’impliquer tous les Marocains vivant en Espagne dans les attentats du 11 mars à Madrid, surtout les services secrets du Royaume, qui selon Lmrabet, savaient que "quelque chose se tramait contre l’Espagne d’Aznar".
Dans le conscient et le subconscient du collaborateur d’«El Mundo», un journal ouvertement anti-marocain, il est impossible que les services secrets marocains n’aient pas été pas au courant de la préparation des attentats de Madrid alors qu’ils disposent d’une "armée de mouchards et d’informateurs", dont les correspondants de l’agence de presse marocaine MAP. "Le plus grave c’est que toute personne qui lira l’article de Monsieur Lmrabet pensera qu’il y avait des journalistes marocains qui savaient que quelque chose se tramait en Espagne et n’avaient rien dit. Ceci est très grave. Je ne peux pas savoir quelle sera la réaction de n’importe quel proche d’une victime des attentats. C’est un danger pour ma vie", dira le journaliste de la MAP.
Dans cette interview, le correspondant de la MAP a dénoncé le mépris avec lequel le directeur du journal El Mundo» Pedro J. Ramirez traite les journalistes marocains. "Le 15 mars, nous avons envoyé un droit de réponse. Une semaine après le secrétaire général du Syndicat national de la presse marocaine Younès Mjahed a envoyé une lettre à Monsieur Ramirez qu’il n’a pas publiée (…) ces gens qui nous matraquent chaque jour avec des articles sur l’absence du respect de la liberté de presse au Maroc, agissent maintenant sans aucun respect pour les journalistes (marocains)», a ajouté Ida Hassan. En réaction à l’interview accordée à "Periodista Digital", Lmrabet a dénié au confrère de la MAP le droit de parler comme journaliste. "Moi je suis journaliste mais monsieur Ida Hassan est un fonctionnaire parce que la MAP est une agence officielle. C’est pas comme l’agence EFE, France Presse ou Reuters. C’est une agence de propagande du gouvernement marocain", dira Lmrabet. Ces déclarations sont considérés comme "une insulte à cette grande école de journalisme qu’est la MAP, une insulte au SNPM dont le gros du bataillon est constitué par les journalistes de la MAP". Le plus intéressant dans ce duel oratoire entre le confrère de la MAP et Lmrabet ce sont les réactions des lecteurs d’«El Periodista Digital». L’interview d’Ida Hassan a été lue par plus de 1420 personnes et suscité 6 commentaires. La réponse de Lmrabet, a été lue par moins de 400 lecteurs et suscité un seul et unique commentaire d’une lectrice espagnole. Cette dernière a lancé à Lmrabet: "Monsieur, dernièrement tes articles n’ont jamais été aussi ridicules. Nous t’avons aidé, nous t’avons appuyé mais on voit que tu t’es mis dans la secte de «El Mundo» sans t’en rendre compte. (…) Reviens à la raison Ali l’informateur où ta date d’expiration viendra à terme et tu perdras notre respect et notre estime…".
A noter que les deux correspondants de la MAP, Saïd Ida Hassan et Mansour Madani, ont déjà contacté un avocat espagnol et qu’une plainte sera déposée, cette semaine, contre Ali Lmrabet.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *