Le Maroc est le seul pays du monde qui va faire en 3 ans 3 championnats du monde

Le Maroc est le seul pays du monde qui va faire en 3 ans 3 championnats du monde

Entretien avec Christian Lacoste, président de la Fédération internationale de boules

Tout est prêt pour accueillir l’événement de la meilleure façon qui soit avec un boulodrome notamment qui répond aux normes internationales.

ALM : Le Maroc va abriter du 1er au 7 octobre le championnat du monde féminin du sport-boules. Un an plus tôt il avait organisé le championnat du monde des jeunes. Quels sont les arguments qui ont motivé la FIB à porter son choix sur le Maroc pour abriter deux événements de grande envergure ?

Christian Lacoste : Mieux encore, ils seront au nombre de trois événements si on compte le championnat du monde hommes que va organiser le Royaume l’année prochaine. Les arguments sont légion. D’abord c’est grâce à l’amitié qui nous lie avec la Fédération royale marocaine de sport-boules (FRMSB). Le président de cette dernière, Lahcen Bououd, et le délégué de la FIB dans la région du MENA, Brahim Taouss, ont déposé la candidature du Maroc tout en apportant toutes les garanties requises pour que ces championnats du monde se déroulent dans les meilleures conditions. En prenant en considération l’organisation sans faille des précédents événements, le choix du Maroc était donc une évidence.

A J-9, où en sont les préparatifs pour ce championnat du monde ?

Aujourd’hui, je suis à Casablanca pour faire le point avec la fédération. On a constaté que tout est prêt pour accueillir l’événement de la meilleure façon qui soit avec un boulodrome notamment qui répond aux normes internationales.

Comment la FIB accompagne-t-elle la FRMSB ?

L’accompagnement se fait de trois façons distinctes. Nous avons d’abord doté la FRMSB dès l’an dernier du matériel nécessaire pour organiser ces championnats du monde. Nous aidons certains pays qui ne possèdent pas forcément les moyens financiers à venir ici au Maroc. Nous accompagnons également la FRMSB dans toute la partie protocolaire auprès du ministère.

Casablanca abrite un centre de formation unique dans la région. Peut-on dresser un premier bilan ?

Ce centre a permis à des entraîneurs et éducateurs français de venir au Maroc pour encadrer des stages de formation. Nous souhaitons que ce centre devienne le centre de toute l’Afrique. Ceci n’est qu’un premier pas et nos ambitions sont plus grandes. Ce centre fonctionne depuis un an et nous contactons tous les pays d’Afrique pour qu’ils y organisent leurs formations. Concrètement, nous travaillons de concert avec la FRMSB pour que le sport-boules en Afrique passe à travers le Maroc.

Quels sont les grands favoris ?

Les grands favoris en catégorie féminine sont pratiquement toujours les mêmes. Les deux nations dominantes sont la Chine et la France. En revanche, nous assistons à la montée de nouvelles nations d’un très grand niveau à l’instar de la Slovénie, la Croatie, la Turquie et le Chili sans oublier les pays nord-africains.

Quelles sont les chances du Maroc ?

Le Maroc détient toutes les chances pour remporter des médailles. Lors des derniers championnats du monde en France, le Maroc a décroché deux médailles de bronze. Donc il y a des possibilité effectivement qu’il y ait des médailles parce qu’en plus nous avons constaté une nette amélioration au niveau des entraînements.

Concrètement quelle est la nature de la coopération qui lie la FIB à la FRMSB ?

Comme vous le savez, le Maroc est le seul pays qui va faire en trois ans trois championnats du monde et cela ne s’est jamais produit auparavant.

Donc il faut vraiment une coopération très étroite pour en arriver là. Nos relations sont étroitement liées et elles vont sans aucun doute durer dans le temps.

Vous êtes à la tête de la FIB depuis un bon moment. Comptez-vous briguer un nouveau mandat ?

L’avenir nous le dira. Pour le moment on vit les activités de 2016 et on fera tout ce qui est nécessaire pour leur réussite. Quant au prochain mandat, il prendra effet en 2017. Arrivée cette échéance, on prendra la décision la plus judicieuse.

En tout cas, je souhaite plein de réussite à ces championnats du monde et j’espère que cela nous permettra de vivre de grands moments de sport au féminin. Au final, je pense que ce dernier peut nous mener aux Jeux olympiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *