Gestion de l’eau : Le Maroc et les Pays-Bas explorent les horizons de partenariat

Gestion de l’eau : Le Maroc et les Pays-Bas explorent les horizons  de partenariat

Le Maroc et les Pays-Bas déterminés à relever les défis liés à l’eau. Les deux pays organisent actuellement une mission commerciale permettant ainsi de renforcer la coopération bilatérale sur cette question.

Cette mission qui se poursuit jusqu’au 22 avril tend à identifier les opportunités de collaboration entre le Royaume et les Pays-Bas conformément aux plans nationaux lancés dans ce sens. L’enjeu étant d’aboutir à une gestion intégrée des ressources hydriques et par conséquent atteindre l’objectif de l’économie circulaire. Il est également question de développer des infrastructures efficaces , de discuter des moyens appropriés pour prévenir cette ressource des risques auxquels elle pourrait être exposée ainsi que de s’adapter aux changements climatiques. L’occasion étant également de partager les visions et expérience des deux pays dans ce domaine. Sur ce point, l’action du Maroc en matière de préservation des ressources hydriques a été fortement saluée par les Pays-Bas. «Le Maroc a développé une expertise considérable en ce qui concerne la gestion de la rareté de l’eau», fait savoir Hanneke Schuiling, vice-ministre du commerce extérieur des Pays-Bas.

Pour sa part, Joroen Reedenburg, ambassadeur des Pays-Bas au Maroc, indique avoir de grands espoirs quant au développement des liens encore plus étroits avec le Maroc notamment dans le domaine de l’eau et de l’énergie. La gestion des ressources hydriques a toujours été une priorité pour le Maroc. Le Royaume s’est depuis longtemps doté de mécanismes et de plans qui lui permettent de faire face à la rareté de l’eau qui le menace. «Le Maroc de par sa situation géographique est soumis à des secheresses aiguës et innodations importantes. Nos ressources sont limitées. Nous disposons de 22 milliards de mètres cubes soit 18 milliards en eaux de surface et 4 milliards en eaux souterraines», souligne pour sa part Omar Benjelloun, directeur de recherche et de la planification de l’eau au sein de la Direction générale de l’eau. Parmi les défis listés par le responsable on cite également le ratio inférieur de consommation d’eau par habitant qui reste limité à 627 mètres cubes par habitant alors que la moyenne internationale est de 1000 mètres cubes par habitant sans parler de la mauvaise répartition dans l’espace.

Autant d’enjeux auxquels est venu répondre le Plan national de l’eau dont les objectifs sont fixés à l’horizon 2050.
Il s’agit d’une vision intégrée qui vient préserver cette ressource et garantir le droit de tout un chacun à l’accés à l’eau. Ce dispositif intégre en effet les changements climatiques et ses impacts. L’engagement étant de trouver des solutions appropriées pour faire face aux changements climatiques. Il faut dire que depuis son indépendance le Maroc a franchi un important cap en matière de gestion de l’eau.

Citons dans ce sens la politique des barrages lancée par Feu SM Hassan II ainsi que la modernisation permanente de l’arsenal juridique lié à l’eau ayant abouti à la mise en place d’un cadre réglementaire moderne faisant du Maroc l’un des rares pays qui disposent d’une loi qui tient compte des changements climatiques dans la planfication.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *