Chroniques

Hors-jeu : Mernissi fait des siennes

Une grande lacune qui porte atteinte aux fondements même de la discipline, base de tous les sports. Les arbitres marocains qui officient les matchs de basket-ball, des play-off, de surcroît, sont au bord de l’explosion à force d’être humiliés par des dirigeants de clubs qui sont en même temps des membres de la fédération. Il est de coutume de nos jours de voir un dirigeant s’adresser à l’arbitre en plein déroulement du match, l’invectivant et le traitant de tous les maux, de tous les noms. On dit dans les milieux concernés que c’est Ahmed Mernissi qui est l’initiateur de cette mauvaise manie. Il ne le fait peut-être pas à dessein, mais l’effet est de plus en plus détestable sur les arbitres, le public et l’ensemble des observateurs. La dernière sortie dans le genre a eu lieu lors de la rencontre entre le MAS et le Raja qui a eu lieu à la salle Tajmouâti à Fès, et qui a connu une dominance totale des protégés de Mernissi. Deux arbitres marocains internationaux ont eu droit à toutes les humiliations verbales qui émanent en général de personnalités voulant clamer leur insouciance de toute conséquence. Hors de portée de toute sanction, au-dessus de la loi…des bonnes manières. Pourtant, les responsables sont les premiers à devoir faire montre d’un certain degré de sang-froid, de maîtrise de toutes les situations et tout le baratin que l’on nous flanque à travers le petit écran chaque fois que l’occasion se présente. Al Hanafi et Safir sont les deux dernières victimes de la mauvaise humeur de Mernissi. Plus encore, un autre arbitre, en l’occurrence M.Bennaghmouch, a présenté sa démission pour les mêmes raisons. Une extrême manière de protestation contre l’ingérence dans ses compétences. Si cela se trouve, et compte tenu de la normalité de ce genre de comportement hors normes déontologiques et anti-fair-play, les arbitres devraient céder la place aux dirigeants membres de la fédération pour officier les matchs de basket. Apparemment, ils sont de loin plus compétents que les arbitres. Et si le basket national peine toujours à atteindre le niveau de ses congénères du continent, c’est sûrement à cause de l’incompétence de nos arbitres, selon la même logique. C’est même devenu une mode, un gage de prétention dans les milieux dirigeants que d’intervenir dans le cours du match à coups de rafales d’interjections en public, à l’adresse des pauvres arbitres. Il faudrait une sérieuse décision pour que les dirigeants, si importants soient-ils, ne franchissent plus l’aire du jeu. Pourquoi ne pas suivre l’exemple des dirigeants de clubs que l’on regarde à la télé et que l’on imite, côté cravates et cigares de renommée, et rester tranquille dans la tribune d’honneur réservée à cet effet ? Il va falloir y songer sérieusement, pour la bonne cause de notre Panier national. Quand on ne réfléchit pas, on se croit le maître de tout ; quand on y réfléchit, on voit qu’on n’est maître de rien.  

Articles similaires

Chroniques

L’extrême droite caracole en tête des sondages en France

L’extrême droite, incarnée par Jordan Bardella, semble avoir le vent en poupe....

Chroniques

Mieux communiquer, mieux vivre…C’est inspirant, d’être inspirant !

Pour réussir à inspirer les autres et pour réussir à être inspiré...

Chroniques

Le renseignement face à l’essor des criminels en col blanc

Dans ses formes les plus raffinées, la criminalité en col blanc se...

Chroniques

Le terrorisme international appartient-il au passé ?

La menace de la terreur n’a pas disparu de notre monde

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux