Croissance économique : Une baisse de 3,7% prévue au Maroc

Croissance économique : Une baisse de 3,7% prévue au Maroc

FMI livre de nouvelles projections économiques pour 2020

Des prévisions pessimistes pour le Maroc. Dans son dernier rapport sur les perspectives de l’économie mondiale, livré mardi 14 avril, le Fonds monétaire international (FMI) prévoit un net fléchissement de l’économie marocaine en 2020 mais qui reprendra son souffle en 2021. La croissance devrait ainsi baisser de 3,7% en 2020. Le taux de chômage devrait par ailleurs s’accentuer davantage pour atteindre les 12,5% d’ici la fin de l’année.

Ces projections tiennent compte de la crise sanitaire qui sévit au niveau mondial et que subit le Maroc depuis mars dernier. Compte tenu de cette situation exceptionnelle et de la chute fulgurante des prix du pétrole, le FMI a revu toutes ses prévisions dressant un tableau morose de ce que pourrait devenir l’économie internationale. Dans la zone MENA, le FMI table sur une contraction de 3,3% en 2020. Il s’agira de la plus faible performance économique enregistrée dans le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord et ce depuis plus de quatre décennies. «A l’exception de l’Egypte, tous les autres pays arabes, avec en tête l’Arabie Saoudite, poids lourd de la région et de l’Opep, verront leur économie s’enfoncer cette année», relève-t-on du FMI qui précise que «la détérioration rapide des perspectives économiques mondiales due à la propagation de l’épidémie et la rupture de l’accord entre pays producteurs de pétrole ont pesé lourdement sur les prix des matières premières». La détérioration de l’économie mondiale en ce contexte de crise se traduirait par une régression de 3%, soit une forte contraction comparé à celle enregistré entre 2008-2009.

Dans ses prévisions, le FMI indique que la crise sanitaire due à la propagation du Covid-19 devra être traitée en deux phases, à savoir celle du confinement et de stabilisation ainsi que celle de la reprise. Se référant au FMI, une reprise partielle est prévue pour 2021, avec des taux de croissance supérieurs à la normale, mais le niveau du PIB restera inférieur à la tendance antérieure au virus, avec une incertitude considérable quant à la force du rebond.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *