Fin du conflit: Reconversion du port d’Agadir en port de plaisance et de croisière

Fin du conflit: Reconversion du port d’Agadir en port de plaisance et de croisière

Fin du conflit opposant les porteurs du projet de reconversion du port d’Agadir en port de plaisance et de croisière aux professionnels de la pêche maritime et autres responsables régionaux.

Le port d’Agadir connaîtra certes un développement dans le cadre de la Stratégie nationale portuaire à l’horizon 2030 mais sans pour autant délocaliser les activités économiques liées à la pêche. La réponse émane du ministre du transport, de l’équipement, de la logistique Aziz Rabbah, qui a présidé une journée de présentation de ladite Stratégie dans sa dimension nationale et régionale à Agadir le 19 mai.

Le port connaîtra certainement un renforcement au niveau des infrastructures, logistique et développement des quais consacrés aux navires de croisière et places réservées aux véhicules du transport touristique mais sans pour autant délocaliser l’activité de la pêche. Soulignons que l’Agence nationale des ports a prévu la mobilisation d’une enveloppe budgétaire d’environ 4 milliards de dirhams en vue d’agrandir le port de la ville d’Agadir à l’horizon 2030.

Croissance oblige. L’activité portuaire de la ville enregistre une augmentation annuelle de 7%. Une première extension est de ce fait attendue. Il s’agit d’un agrandissement de la surface consacrée aux conteneurs. Les propositions de développement de ce port prévoient également la création d’une nouvelle station d’hydrocarbures (3 millions de tonnes), la délocalisation du chantier naval et la création d’une nouvelle ère pour le tourisme de croisière.

Ladite présentation a ainsi mis en exergue les deux possibilités d’agrandissement de l’actuel port ainsi que la création d’un nouveau au niveau de Cap Ghir avec le redéploiement de celui d’Agadir. La Stratégie prévoit dans ce sens et compte tenu des capacités encore disponibles pour le commerce, que celles-ci peuvent être valorisées et optimisées pour desservir un large hinterland régional. Le port verra aussi un déplacement de son poste pétrolier pour recevoir des tankers de 60.000 TPL et deux extensions de quais pour les conteneurs et les vracs. Par ailleurs, la pêche et ses services associés, notamment la réparation navale, bénéficient d’une recomposition des espaces grâce à une extension extérieure (centrale). Un terminal de croisière extérieur sera construit au Sud-Ouest à proximité de la marina et de la zone touristique. Cette nouvelle figure permettra de rehausser le trafic global annuel de commerce de 16 MT à l’horizon 2030.

Le président de la région du SMD, Brahim Hafidi, a soulevé l’importance de devoir adapter cette stratégie aux nouveaux défis que connaît la région en matière de pénurie d’eau et problèmes liés à ces trois secteurs piliers classiques. Pour sa part, le président de la commune urbaine d’Agadir, Tariq Kabbage, a insisté sur l’importance de prendre en considération pendant la phase d’étude de cette Stratégie le phénomène de l’érosion et l’harmonisation de celle-ci, avec le schéma directeur de la ville. La parlementaire Saadia lbahi, du groupe socialiste, a rappelé à l’occasion l’importance de prendre en considération dans ce plan de développement l’amélioration des conditions de travail et des compétences des ressources humaines.

Cette rencontre a également connu la présentation d’un dossier de doléances des professionnels des Chambres de la région par le président, Said Dor, de la Chambre de commerce et d’industrie d’Agadir au ministre.

Les demandes présentées se sont focalisées sur cinq points liés à la faiblesse des infrastructures, l’offre logistique, l’encadrement de projets communs, le renforcement de la place de ce port dans sa sphère nationale et africaine ainsi que la consolidation des infrastructures d’accueil et du transport touristique au niveau du port d’Agadir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *