EconomieUne

Protection des zones oasiennes : M. Sadiki met en exergue l’expérience marocaine

© D.R

Selon le ministre, le Maroc a adopté une stratégie nationale intégrée adossée à des mesures rigoureuses afin de préserver les oasis des ravageurs comme le charançon rouge du palmier.

Conférence : Le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohammed Sadiki, a présidé la délégation marocaine participant à la Conférence ministérielle des pays producteurs et transformateurs des dattes, organisée les 26 et 27 février 2024 à Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis. A cette occasion, il a mis en avant la stratégie du Maroc pour la protection des zones oasiennes et a tiré la sonnette d’alarme sur la menace qui pèse sur ces espaces naturels. Les détails.

Présent à Abu Dhabi dans le cadre de sa participation à la Conférence ministérielle des pays producteurs et transformateurs des dattes, le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohammed Sadiki, a rappelé l’Initiative Oasis durables élaborée en coordination et concertation avec l’ensemble des partenaires et présentée par le Royaume du Maroc en novembre 2016 en marge de la Conférence des parties sur le climat « COP22 » tenue à Marrakech. Dans son allocution, le ministre a mis en avant l’importance des oasis qui constituent des écosystèmes uniques qui abritent des produits agricoles spécifiques et des espaces dotés d’un patrimoine naturel, culturel et urbain distinct. Il a tiré la sonnette d’alarme quant à la menace qui pèse sur les zones oasiennes, compte tenu des changements climatiques que connaît le monde d’une part, et des énormes pressions sur les ressources naturelles d’autre part, qui nécessitent une mobilisation globale pour faire face à ces phénomènes.

Le Royaume du Maroc a adopté une stratégie nationale intégrée adossée à des mesures rigoureuses afin de préserver les oasis des ravageurs comme le charançon rouge du palmier, a expliqué le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. S’exprimant lors de la réunion ministérielle sur les efforts de lutte contre le charançon, tenue à cette occasion, M. Sadiki a d’ailleurs souligné que la mise en œuvre urgente de cette stratégie nationale a permis de contenir cet insecte ravageur sur son lieu d’apparition et d’établir un cadre juridique contraignant pour la lutte qui renforce un ensemble de mesures urgentes et obligatoires pour tous les acteurs, notamment l’interdiction de transplanter les plantes vertes dans des zones sûres au milieu et en dehors des oasis. Le Maroc a consolidé le système national de détection de cet insecte dans l’ensemble des régions du pays, pour un budget annuel de 800.000 dollars. En plus de ces mesures, le ministère procède à des inspections et à un examen approfondi des palmiers soupçonnés d’être infectés et déploie un filet pour capturer l’insecte à l’aide de phéromones et de kairomones (piégeage de masse) dans la zone infestée, en plus des opérations de traitement chimique préventif et curatif, ainsi que l’abattage et l’incinération des palmiers contaminés, précise le responsable gouvernemental.

Parallèlement, le Maroc veut également développer d’autres mesures proactives pour éviter l’entrée du charançon rouge dans toutes les zones du palmier dattier dans les oasis du Sud, actuellement indemnes de contaminations. Cette démarche inclut notamment le lancement d’un programme national de recherche et développement contre ce ravageur, conduit par l’Institut national de la recherche agronomique. Ce dernier vise l’identification et la conception de nouvelles mesures, de techniques de surveillance innovantes, de méthodes de protection durables et de nouvelles technologies. Dans ce sens, le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a indiqué qu’après le succès du programme de plantation de 3 millions de palmiers dattiers lancé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 2009 à Errachidia, un nouveau contrat programme lié à la filière palmier dattier a été conclu entre l’État et les professionnels en vue de mettre en œuvre la stratégie Génération Green pour la période 2021-2030 au niveau des quatre régions oasiennes (Draa-Tafilalet, Souss-Massa, l’Oriental et Guelmim-Oued Noun).

L’objectif étant de développer cette filière dans le cadre d’une démarche de durabilité pour faire face aux effets du changement climatique. A noter que le Maroc avait organisé la 1ère édition du Congrès international des oasis et du palmier dattier à la fin du mois de mai 2023 afin d’échanger les idées, les expertises et les expériences et la mise en œuvre des objectifs de cette initiative en veillant à la création d’une coalition internationale sur l’Initiative Oasis durable présentée par le Maroc aux pays concernés par la problématique des oasis, pour mettre en place les outils et les moyens nécessaires afin de protéger et assurer la pérennité de ces zones. Il s’agit aussi de créer un organe pour mettre en œuvre les objectifs de l’Initiative Oasis Durables.

Articles similaires

PolitiqueUne

Bilan du mi-mandat: une séance commune le 17 avril au parlement

Le parlement tiendra une séance commune le mercredi 17 avril prochain pour...

PolitiqueUne

Réélection de Rachid Talbi Alami à la tête de la Chambre des représentants

Rachid Talbi Alami, du Rassemblement national des indépendants (RNI), a été réélu,...

ActualitéUne

L’administration de la prison locale Khouribga dément les allégations d’intoxication alimentaire de 90 détenus

L’administration de la prison locale Khouribga 2 a démenti vendredi les allégations...

ActualitéUne

Chambre des Conseillers : La deuxième session de l’année législative 2023-2024 déclarée ouverte

La Chambre des conseillers a ouvert, vendredi, les travaux de sa deuxième...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus