Edito : Fonctionnaires

Edito : Fonctionnaires

Chaque année à la même date, le 23 juin, le monde fête les fonctionnaires. La journée mondiale de la fonction publique a un goût spécial cette année, comme en 2020, car, à travers le monde, les Etats, à travers les fonctionnaires entre autres, ont été plus sollicités que jamais.

Au Maroc, l’administration publique et les fonctionnaires ont été incontestablement les chevilles ouvrières du dispositif exceptionnel qui a permis au Maroc de lutter et surmonter la crise sanitaire avec succès. Les départements de la santé, de l’éducation, de l’intérieur, de l’agriculture, de l’industrie, des finances, ainsi que les agents d’autorité et les forces de l’ordre toutes catégories confondues, en première ligne depuis mars 2020, ont pu relever le défi malgré son envergure, son caractère inédit et sa complexité.

Et ce n’est pas fini. Le Maroc s’apprête à lancer des chantiers encore plus complexes, voire compliqués, et tout aussi déterminants qui devront impérativement être mis sur les rails dès cette année dont notamment la généralisation de la protection sociale, la réforme de la santé, la restructuration des entreprises publiques sans oublier la nécessaire accélération de la réforme de l’éducation. Et le tout se fera, en plus, sur fond de transformation économique et sociétale profonde dans le cadre de la mise en marche du nouveau plan de développement. Dans tout cet enchevêtrement de processus et de réformes, la principale locomotive ne sera autre que l’Etat et donc les fonctionnaires. Ce n’est pas pour rien que le rapport de la CSMD a insisté d’abord sur la nécessité d’un

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *