Journée mondiale contre le travail des enfants : 119.000 enfants accomplissent des travaux dangereux au Maroc

Journée mondiale contre le travail des enfants : 119.000 enfants accomplissent des travaux dangereux au Maroc

Le 12 juin est la date choisie par les Nations Unies pour être célébrée comme Journée mondiale contre le travail des enfants.

Chaque année, celle-ci a pour but de contribuer à réduire la violation des droits de l’enfant.
Cette journée est célébrée cette année sous le thème «Covid-19 : Protégeons les enfants contre le travail des enfants, maintenant plus que jamais !».
A cette occasion, le Haut-commissariat au Plan a présenté les traits saillants du travail dangereux des enfants selon les données de l’enquête nationale sur l’emploi de 2019. Malgré une baisse, les chiffres restent alarmants. En effet, Au Maroc, on compte 200.000 enfants économiquement actifs parmi les 7.271.000 enfants âgés de 7 à 17 ans, marquant une baisse de 23,5% par rapport à 2017. Parmi les enfants économiquement actifs, 119.000 accomplissent des travaux dangereux, ce qui correspond à un taux d’incidence de 1,6% (contre 2,3% en 2017). Les enfants astreints à ce type de travail sont à 74,4% ruraux, 84% masculins et à 75,6% âgés de 15 à 17 ans.

Quatre régions abritent 68,1% des enfants astreints à ce type de travail. La région de Casablanca-Settat vient en tête avec 27,9%, suivie de Marrakech-Safi (16,1%), puis de Fès-Meknès avec 13,1% et enfin la Rabat-Salé-Kénitra (11,0%).
En milieu urbain, ils sont au nombre de 30.000, constituant 83,1% des enfants au travail dans les villes (37.000 enfants) et 0,7% de l’ensemble des enfants citadins (4.200.000 enfants). La situation n’est pas meilleure en milieu rural où les enfants exerçant un travail dangereux sont au nombre de 89.000, ce qui correspond à 54,3% des enfants économiquement actifs (163.000 enfants) et à 2,9% de l’ensemble des enfants dans ce milieu (3.071.000 enfants).
Parmi les enfants de sexe masculin, 100.000 d’entre eux exercent un travail dangereux, soit 67,1% des garçons au travail. C’est le cas pour 19.000 filles qui exercent le même type de travail, ce qui correspond à 37,4% des filles en travail.
Le travail des enfants perpétue le cercle vicieux de la pauvreté, car il les empêche d’acquérir les compétences et l’éducation nécessaires pour améliorer leur avenir. Toujours selon les chiffres du HCP, 12,1% des enfants exerçant un travail dangereux sont en cours de scolarisation, 83,7% ont quitté l’école et 4,3% ne l’ont jamais fréquentée.

Le travail dangereux des enfants reste concentré dans certains secteurs économiques et diffère selon le milieu de résidence. En zones rurales, les enfants astreints à ce type de travail se retrouvent en particulier dans le secteur de l’agriculture, forêt et pêche (75,4%). En revanche, en villes, ils sont concentrés dans les services (54,8%) et dans l’’industrie y compris l’artisanat (31,3%).
Ce type de travail demeure concentré dans certains statuts professionnels et diffère selon le milieu de résidence. En milieu rural, 66,9% des enfants astreints au travail dangereux sont «aides familiaux» et 23,6% «salariés». En milieu urbain, 45,2% des enfants sont «salariés», 30,4% des «apprentis» et 16,3% «aides familiaux».
Par ailleurs, au niveau mondial, selon les statistiques de l’OIT, 218 millions d’enfants entre 5 et 17 ans sont occupés économiquement dans le monde. Parmi eux, 73 millions, soit 4,6% de l’ensemble des enfants entre l5 et 17 ans, accomplissent des travaux dangereux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *