SociétéUne

Plus de 130.000 veuves et 220.000 orphelins ont bénéficié du Programme daam

© D.R

Les régions de Casablanca-Settat et Marrakech-Safi enregistrent le plus grand nombre

Impact social : Depuis son déploiement en septembre 2015, le programme DAAM (aide directe aux veuves en situation de précarité ayant des enfants orphelins à charge) a bénéficié à plus de 130.000 femmes veuves et près de 220.000 enfants orphelins.

Le ministère de l’économie et des finances, en partenariat avec le ministère de la solidarité, de l’insertion sociale et de la famille, et la CDG Prévoyance (CNRA), vient de publier l’étude d’impact social du programme DAAM ( aide directe aux veuves en situation de précarité ayant des enfants orphelins à charge). Il ressort de ce rapport que depuis sa mise en œuvre en 2015, le programme DAAM a enregistré un important développement avec une augmentation des fonds alloués. Ainsi, Il est passé d’un nombre de 10.544 femmes veuves bénéficiaires en septembre 2015 à près de 130.205 bénéficiaires en septembre 2023 (effectifs cumulés) et près de 220.000 enfants orphelins. Sur le plan budgétaire, les paiements effectués au titre du programme ont totalisé un montant total de près de 4,45 MMDH, dont une enveloppe de près de 502 MDH mobilisée jusqu’à fin novembre 2023, au profit de la CNRA. En 2023, le programme DAAM compte plus de 98.751 femmes bénéficiaires du programme.

Ce nombre est celui des veuves actives englobant aussi les aides suspendues pour motifs autres que l’éligibilité de carte Ramed. Les régions de Casablanca-Settat et Marrakech-Safi ont enregistré le plus grand nombre de bénéficiaires avec 31,26% du stock de bénéficiaires alors que les régions du sud (Guelmim- Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra, Dakhla-Oued Eddahab) ont représenté 2,4 %. Le nombre de bénéficiaires ainsi que le montant payé ont connu une légère évolution entre 2021 et 2022. En moyenne, 74% des veuves actives en 2023 ont bénéficié d’un transfert monétaire pour une moyenne de 118.899 orphelins.
A noter que les orphelins en situation de handicap représentent 7,1% des enfants couverts par le programme.

Le délai de réception à la demande de l’aide dépasse les 3 mois dans 60% des cas

Des enquêtes ont été menées dans le cadre d’une consultation publique pour analyser le processus d’identification, évaluer les impacts sociaux et les mesures d’atténuation. Concernant la perception des conditions d’éligibilité, les trois conditions d’éligibilité les plus familières par la plupart des participantes sont : être veuve (96%), avoir la carte Ramed (93%) et des enfants scolarisés (90%). Les femmes interrogées ont eu connaissance de ces conditions principalement à travers leurs proches (48%) et les autorités locales (43%). Dans l’ensemble, les répondantes estiment que cette aide atteint sa cible principale. Dans la même lignée, la majorité des répondantes (66%) considère positivement le fait que la scolarisation des enfants soit une condition pour bénéficier du programme DAAM. Une minorité estime que les veuves devraient également recevoir cette aide pour des enfants non scolarisés âgés de moins de 21 ans.

Près d’une répondante sur deux (48%) pense que les pièces à fournir rendent difficile la demande d’inscription au programme DAAM. 60% des femmes habitant dans un milieu rural estiment que la démarche est difficile contre 40% des femmes issues de milieu urbain. Par ailleurs, le délai de réception de la réponse à la demande de l’aide DAAM dépasse les 3 mois dans 60% des cas. Notons que 33% des femmes résidant dans le rural ont reçu un retour dans un délai supérieur à 6 mois contre 25% des femmes résidant en milieu urbain. S’agissant des paiements, la quasi-totalité des bénéficiaires de l’aide (99%) a exprimé sa satisfaction à l’égard de la fréquence mensuelle des paiements. En outre, 61% des répondantes ont déclaré être informées de la date de paiement de cette aide.

En ce qui concerne la régularité des paiements, la grande majorité des bénéficiaires (82%) affirme recevoir l’aide DAAM dans les délais prévus. Par ailleurs, 57% des sondées retirent l’argent de l’aide dans les 48 heures suivant la notification. Cependant, une disparité est observée en fonction du lieu de résidence, avec 41% des femmes résidant en milieu rural retirant l’argent après 48 heures de la notification, comparativement à 27% résidant en milieu urbain. Les deux tiers des femmes interrogées déclarent ne pas rencontrer de difficulté pour retirer l’argent des aides. Cependant, les longues files d’attente (17%) et l’éloignement des points de paiement (11%) figurent parmi les deux principales difficultés mentionnées.

Nouveau mode de ciblage

La moitié des femmes interrogées (52%) est consciente que le programme DAAM a été ajusté. La source d’information principale à ce sujet provient généralement des autorités locales (53%), suivie de la télévision (21%) et des proches (20%). Une majorité relative de 37% des répondantes considère ce changement comme complexe, tandis que 27% l’apprécient. Les répondantes sont largement satisfaites de la communication autour de ce changement (88%), voire très satisfaites (52%). Parmi les femmes interrogées, 93% déclarent que leur ménage est enregistré au RNP (Registre national de la population). Cependant, seulement 65% des femmes ont inscrit l’intégralité de leurs enfants au RNP. Il est à noter que plus de 75% des femmes vivant en milieu urbain, ainsi que celles scolarisées et plus jeunes, ont inscrit la totalité de leurs enfants à charge.

78% des répondantes indiquent être inscrites au RSU, mais seulement 63% d’entre elles ont inscrit l’intégralité de leurs enfants. La majorité des femmes résidant en milieu urbain (83%) est inscrite au RSU, par rapport à 70% des femmes provenant de milieux ruraux. Une très grande majorité des inscrites se déclare globalement satisfaite du processus d’inscription au RSU, atteignant 83%. Une proportion très élevée de celles qui sont inscrites manifeste une satisfaction générale à l’égard du processus d’inscription au RNP, atteignant 81%. Pour ce qui est du basculement du Ramed vers l’AMO Tadamon, 67% des personnes interrogées ont confirmé avoir reçu un SMS de la CNSS contenant leur numéro d’immatriculation pour le régime AMO-Tadamon. Parmi elles, 89% ont complété les démarches d’inscription.

Les répondantes n’ayant pas procédé à cette démarche évoquent principalement la non-réception du SMS, le manque d’information, ainsi que des contraintes liées au temps et à la complexité de la procédure. Il convient de préciser qu’à partir de décembre 2023, le programme DAAM a été intégré dans le cadre du nouveau Régime de l’aide sociale directe. Ce régime a réussi à pallier une grande partie des risques sociaux en adoptant une inscription entièrement numérisée à 100% et en adoptant le système de ciblage RSU/RNP. Ainsi, l’octroi des droits se fonde sur la satisfaction du seuil d’éligibilité et sur un ensemble de conditions d’éligibilité vérifiées par l’organisme gestionnaire. De plus, la plateforme du Régime offre au bénéficiaire un espace dédié pour suivre sa situation, ainsi qu’un espace de réclamation en ligne, un centre d’appel ou un répondeur automatique. En outre, le paiement des aides s’effectue à 100 % par virement bancaire.

Articles similaires

SociétéUne

Aïd Al Adha: Grâce Royale au profit de 1484 personnes

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a bien voulu...

ActualitéUne

SM le Roi, Amir Al Mouminine, accomplira lundi la prière de l’Aïd Al-Adha à la mosquée Hassan II à Tétouan

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, que Dieu L’assiste, accomplira...

ActualitéUne

Opération « Marhaba 2024 »: Arrivée du premier navire au port d’Al Hoceima

Le premier navire transportant environ 220 Marocains résidant à l’étranger (MRE) et...

ActualitéUne

L’ONEE appelle à rationaliser la consommation de l’eau potable

L’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE) – Branche Eau-...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux