Conseil de la ville de Casablanca : La problématique des habitations menaçant ruine au menu d’une session extraordinaire

Conseil de la ville de Casablanca : La problématique des habitations menaçant ruine au menu d’une session extraordinaire

Le conseil de la ville de Casablanca a tenu, mardi, une session extraordinaire consacrée à l’examen de la problématique des habitations menaçant ruine dans le périmètre urbain de la métropole. Cette session avait pour objectif de donner les éclaircissements nécessaires sur cette question et impliquer les élus dans la recherche de solutions efficientes et appropriées pour les familles résidant dans ces habitations. Dans ce cadre, l’inspecteur régional de l’habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville, Abdelkader Kaayoia, a déclaré que «les données disponibles depuis 2004 indiquent que le nombre d’habitations menaçant ruine est estimé à 3.000, dont 65% dans la préfecture des arrondissements Al Fida- Mers Sultan, ce qui représente quelque 72.000 ménages». Et de poursuivre que «le ministère de tutelle a lancé des opérations de mise à jour de ces données obsolètes qui ne présentent pas une image claire sur l’ampleur du phénomène et sa gravité, ainsi que d’expertise confiée à des bureaux d’études spécialisés pour traiter les données initiales et classer ces bâtiments selon le degré de risque». Les résultats de cette expertise ont montré que le nombre d’habitations menaçant ruine et appelées à être vidées et détruites s’élève à 700, soit 1.800 ménages dont 524 habitations dans la préfecture des arrondissements Casablanca Anfa et 176 à Al Fida-Mers Sultan. Dans ce cadre, M. Kaayoia a annoncé une batterie de mesures prise par le ministère de tutelle visant à réglementer le champ et les mécanismes d’intervention et à identifier les sources de financement, relevant l’impératif d’un accord avec le ministère de l’intérieur et la direction générale des collectivités locales en vue de mener les opérations d’intervention et de rénovation urbaine.
Pour sa part, le représentant de la Société nationale d’aménagement collectif (Sonasac) a affirmé que depuis le début de cette opération d’urgence lancée en juin dernier, près de 70 familles ont été transférées vers des logements dédiés à cet effet, notant que l’opération se poursuit jusqu’à épuisement du stock de la Sonasac estimé actuellement à 100 appartements.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *