«Le Ramadan est un précieux joyau illuminant notre coeur»

Quel est votre plus beau souvenir du mois de ramadan ?
Moustapha Borgone  : Le plus beau souvenir que je garde du mois sacré remonte à  mon enfance. L’ambiance à l’époque était exceptionnelle. Le jeûne représentait pour tous les enfants de la famille un défi. Un joli challenge qui animait nos journées. Personnellement, j’ai commencé à jeûner à l’âge de 11 ans. Cette pratique ne m’affaiblissait guère. Au contraire, cela me procurait de l’énergie. Bien que ma mère me forçait plusieurs fois à manger, je tenais obstinément à accomplir mon jeûne. Cela pouvait même me pousser à déserter la maison pour quelques heures jusqu’au moment de la rupture du jeûne. Il était hors de question que je mange, car pour nous : «jeûner» était synonyme de «grandir» autrement dit «devenir homme». En ce qui me concerne, je le considérais comme alibi pour partager avec les vieux la table du « ftour » au lieu de les servir ou bien de s’occuper de mes frères cadets. Ce fut une atmosphère particulière que je n’oublierais jamais.

Selon vous, quelle est la différence entre le passé et le présent ?
La différence réside dans le fait d’être dépendant davantage à la notion du temps. Chose qui en quelque sorte pourrait nous priver de jouir de la convivialité de ce rendez-vous religieux. Actuellement, nous sommes assujettis à des obligations tels que le travail, la famille et d’autres responsabilités. Par contre, avant, nous étions libres de tout engagement. C’est ce qui distingue notre enfance. Certes, les années se sont écoulées à grande vitesse, mais l’ambiance ramadanesque n’a pas connu de grand changement. Un climat particulier trône. C’est extraordinaire qu’un mois puisse briser la routine pesante et faire régner la sérénité.  Je remercie Dieu pour ce mois sacré que je considère comme un précieux joyau qui illumine notre cœur et notre croyance. Je suis fier d’être musulman, cette religion, qui met en exergue la paix, la tolérance et la solidarité.

Qu’est-ce que vous privilégiez le plus durant ce mois?
Je prends mes vacances en ce mois sacré. Et ce pour me ressourcer spirituellement et pouvoir établir un autofocus. En ce qui me concerne, c’est la période propice pour produire et méditer sur de nouveaux projets artistiques. Je deviens de plus en plus casanier durant le Ramadan. Je préfère vivre chaque détail de ce mois auprès de ma petite famille et profiter de l’occasion pour rendre visite aux proches. De même, je continue à pratiquer le sport modérément.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *