Citroën C-Elysée : Une tricorps pour les pays émergents

Citroën C-Elysée : Une tricorps pour les pays émergents

Joe Dassin en a fait rêver plus d’un avec sa chanson «Aux Champs Elysées» évoquant la mythique avenue parisienne. Aujourd’hui en lançant la C-Elysée Citroën exporte le rêve à l’étranger. Quelque temps seulement après la révélation de la Peugeot 301 destinée aux pays en voie de développement, c’était l’heure pour sa cousine chevronnée de se montrer au public. En Chine, le nom C-Elysée est bien connu surtout par les chauffeurs de taxis qui ont adopté cette ZX rebadgée dès 1992. Il était donc temps de lui donner un second souffle et d’en faire profiter d’autres pays outre la Chine.
Basée sur la plate-forme de la 301, elle en reprend, certes, quelques éléments mais s’en distingue grâce aux codes stylistiques de Citroën. Les designers de la marque avaient pour but de dessiner des lignes équilibrées et  séduisantes qui mettraient en valeur sa silhouette tricorps. Il faut dire qu’ils ont accompli leur mission. A l’avant, nul doute sur l’appartenance de la C-Elysée qui est dotée d’une large calandre chromée avec les chevrons au milieu. Si, elle a eu droit à un capot coiffant et nervuré différent de celui de sa cousine la Peugeot, elle lui emprunte ceci dit son pare-brise. Grâce à une ceinture de caisse haute, des voies larges et des ailes bombées, elle réussit à allier élégance et robustesse pour répondre aux besoins d’une clientèle très diversifiée dans les marchés où elle sera commercialisée. Son profil dynamique se prolonge jusqu’à la poupe avec sa fameuse  malle tant appréciée en Chine notamment.
Avec ses 4,44 mètres de long, la C-Elysée gâte ses occupants en matière d’habitabilité. Tout comme à l’extérieur, les maîtres-mots dans l’habitacle sont la robustesse et l’élégance que l’on retrouve dans le choix des matériaux et leur assemblage. Selon les niveaux de finition, des touches de chrome et autres bandeaux décoratifs font leur apparition sur la planche de bord. Dans le souci de s’adapter aux différentes routes sur lesquelles elle va bientôt rouler, Citroën a pris en compte plusieurs facteurs au moment de la conception de la C-Elysée. Ainsi, elle dispose d’une garde au sol importante, des pneus adaptés et une protection sous-caisse complémentaire, grâce à ces éléments elle pourra sûrement survivre aux nids-de- poule casablancais par exemple.
Sur le volet des motorisations, la berline française a, entre autres, été dotée du nouveau VTi 72 adapté aux carburants des pays les moins développés qui promet une durabilité dans «des conditions d’utilisation sévères». Autre nouveauté en essence c’est le VTi 115 alors qu’en diesel c’est le HDi 92 qui a été plébiscité pour avoir déjà fait ses preuves sur plus de 6 millions de véhicules. Commercialisée vers la fin de cette année, la C-Elysée devrait attirer la clientèle grâce à un rapport prix/prestation intéressant. Il ne reste donc plus qu’à attendre la révélation de son prix. Patience !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *