PROMO ALM
PROMO ALM

Fernando Alonso : graine de champion

Fernando Alonso : graine de champion

Depuis le début de la saison 2005 de Formule 1, Fernando Alonso a démontré qu’il était capable d’offrir une victoire, voire plus, à son écurie. Pourtant, lorsqu’il débarque au sein du Renault F1 Team en cette fin 2002, en tant que pilote d’essai, Fernando n’a que trois saisons de compétition en sport automobile et n’a encore réalisé aucun résultat en F1. En fait, cet Espagnol se révèle avoir un talent naturel pour le pilotage, dès son plus jeune âge.
En effet, né le 29 juillet 1981 à Oviedo (nord de l’Espagne), il s’est très tôt tourné vers le sport automobile, sous l’impulsion de son père. Comme pour la plupart des pilotes, Alonso a commencé par faire un peu de karting, mais pas à n’importe quel âge… deux ans seulement ! «J’ai disputé ma première course à trois ans», annonce Fernando Alonso lors d’une interview accordée à un magazine spécialisé français. Et d’ajouter «je courrais contre des grands de huit ou neuf ans et je gagnais !». L’étoffe d’un héros direz-vous ? Pas vraiment si l’on s’en tient au propos très terre-à-terre d’Alonso. «Les super-héros n’existent pas en F1», dit-il. Puis d’enchaîner : «pour connaître le succès, chacun doit remplir sa tâche et donner son maximum. Le pilote y compris. Nous ne sommes qu’un élément parmi toute une équipe». Modeste et timide, Alonso est aussi et surtout un passionné qui se concentre à 100% sur ce qu’il fait.
Après plus de dix années de karting, durant lesquelles, Alonso a pu notamment devenir Champion d’Espagne (en 1994, 1996 et 1997), puis Champion du monde (en 1996), il survolera la Formule 3000 (en 2000). Puis, moins d’un an plus tard, ce sont les portes (sacrées) de la F1 qui s’ouvriront à lui. Alonso, qui n’a alors que 19 ans, est approché puis retenu par Minardi, où il signera alors son meilleur résultat : une place parmi les dix premiers. A partir de ce moment-là, tout se jouera très vite.
Flavio Briatore lui propose un contrat avec l’écurie Benetton-Renault pour la saison 2001. En 2002, Renault revient par le biais de sa propre écurie (Renault F1 Team) et Alonso y est retenu en tant que pilote d’essai. Il peut alors pleinement s’exprimer sur les pistes et faire montre de tous ses dons. «Lorsque je baisse la visière et quitte le garage, la sensation de liberté que je ressens est indescriptible,» confie-t-il. Son style est celui des pilotes de la nouvelle génération : Fernando utilise tout le potentiel de la voiture et de ses aides électroniques. Il freine très tard, très fort, entre de manière agressive dans le virage et s’appuie sur l’antipatinage en sortie. Sa vitesse est constante du début à la fin de la course. Mais surtout, l’Espagnol excelle dans un certain registre.
En effet, son contrôle sur piste humide, en fait l’un des meilleurs sous la pluie. Autre trait distinctif d’Alonso : il est combatif mais très fair-play. Il ne tape jamais sous la ceinture, comme le font certains lorsqu’ils barrent le passage dans un virage… C’est ce qui lui a valu d’ailleurs de remporter le GP de Malaisie cette année. Mais son apprentissage n’est pas encore terminé, comme il le dit lui-même : «je n’ai que 23 ans et chaque année apporte plus d’expérience». En dehors des circuits, l’ancien gamin d’Oviedo prend une autre dimension. Il est relax et amusant, se divertit comme les jeunes de son âge, en allant au cinéma, en faisant du vélo et en jouant au tennis ou au football.
A ce titre, il suit assidûment les prestations de son club de foot préféré, le Real Madrid. Réservé, il se protège bien des caméras. Loin de son pays où il est désormais une superstar, il est installé à Oxford, près d’Enstone, là où est basé le «centre des opérations châssis» de l’écurie Renault F1. Enfin, énième précision -pour la gent féminine cette fois-, Alonso n’est pas marié mesdemoiselles ! Mais, il serait assez étonnant qu’il n’est déjà une conquête actuellement. Tout comme il est fort à parier qu’il ne songera à sceller une union sacrée qu’après avoir réalisé le rêve qu’il caresse tant : devenir champion du monde en Formule 1, la plus noble (et la plus glamour) des disciplines du sport automobile.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *