General Motors lorgne les équipementiers marocains

General Motors lorgne les équipementiers marocains

C’est à Tanger qu’une importante délégation du constructeur américain General Motors (GM) est arrivée lundi dernier pour rencontrer une trentaine d’équipementiers marocains. Un meeting ayant principalement pour objet de permettre à cette délégation conduite par Eric Alstrom (le vice-président de la division «Achats» de GM Europe) de présenter la «stratégie des achats et les objectifs» de la filiale européenne de GM dans notre pays.
Selon un communiqué de l’Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile (AMICA), «cette initiative a été soutenue d’une part, par la Chambre de commerce de Saragosse en Espagne qui abrite la plus grande unité d’assemblage de ce constructeur et d’autre part, par l’Amica et Tanger Free Zone (TFZ) qui ont collaboré ensemble pour la préparation de cette importante réunion».
Pourquoi la Chambre de commerce de Saragosse ? Tout simplement parce que à proximité de cette ville et plus précisément dans la localité de Figueruelas, GM a installé en 2001 une importante usine de montage dans laquelle sont assemblés certains modèles d’Opel (Corsa, Meriva). Il faut savoir aussi que cette réunion n’est pas la première. Il y a une quinzaine de jours, certains membres de cette même délégation s’étaient rendus dans différentes unités industrielles du Royaume. Des installations comme celles d’Ifriquia Plastic (pare-chocs et composants en plastique), d’Induver (pare-brise et vitrage automobile), de Tuyauto (lignes d’échappement), ou encore celles de Promaghreb (sièges) ont été visitées par lesdits membres.
Mais également des équipementiers étrangers basés au Maroc tels que le portugais Sunviauto ou encore le japonais Sumitomo. Ces derniers ont, une fois de plus, été sensibilisés par l’Amica sur le climat propice quant à l’évolution du tissu industriel de sous-traitance automobile.
En effet, «plusieurs groupes ont pu apprécier les efforts déployés par le gouvernement pour favoriser le développement de l’industrie des équipements automobiles et la volonté affichée par les équipementiers locaux de fournir la «première monte» en Europe et particulièrement à General Motors» ajoute ainsi le même communiqué de presse. La «première monte», c’est par cette expression que l’on désigne dans l’industrie automobile les pièces et composants utilisés dans l’assemblage en usine et ce, par opposition à la deuxième monte qui correspond, elle, aux pièces de rechange.
Maintenant que va-t-il se passer après cette réunion ? Du côté de GM, des audits suivront afin d’étudier le dossier et les capacités de chaque équipementier local avant d’en retenir et homologuer certains en tant que fournisseurs (à GM). Quant aux équipementiers marocains, ils profiteront de cette journée de travail à Tanger afin de «s’informer sur les attentes et exigences de ce constructeur, ainsi que sur le processus à entamer pour accéder à son panel de fournisseurs».
Enfin et s’il fallait le rappeler, GM, avec toutes les difficultés commerciales et financières qu’il rencontre sur son marché local comme en Europe, n’avait plus le choix que de prendre une série de mesures visant à restructurer ses activités industrielles. C’est dans cet esprit que l’on peut situer la volonté affichée de GM quant à prospecter de nouvelles sources d’approvisionnement en composants dits à bas coûts. Dès lors, il devient très intéressant et rentable pour une usine comme celle d’Opel en Espagne de s’approvisionner de l’autre côté du détroit.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *