Kia Sorento : restylage discret, moteur boosté

Kia Sorento : restylage discret, moteur boosté

Après quatre années d’existence, couronnées de succès, l’heure est venue pour le Sorento de satisfaire à l’incontournable exercice qu’est le restylage de milieu de carrière. Mais au sein de Kia Motors, il semblerait qu’on ait bien compris qu’«on ne change pas une recette ou une équipe qui gagne». C’est ce qui explique la discrétion de ce lifting, qui relève même de la cosmétologie. Allez, plutôt que de jouer au jeu des sept erreurs, voici les principales évolutions de la carrosserie : boucliers avant et arrière redessinés ; calandres à barrette chromées ; projecteurs avant noircis ; blocs de feux arrière retouchés ; passages de roues épaissis et nouveaux jeux de jantes. Certes, ce ne sont là que de subtiles retouches, mais qui font que l’imposant tout-terrain de Kia devient un tantinet plus élégant et plus racé que par le passé.
Toujours au niveau de la ligne extérieure, on retiendra que les deux niveaux de finition proposés au Maroc (Pack et Vogue) se distinguent principalement par la taille des jantes en aluminium (respectivement 16 et 17 pouces), ainsi que par les vitres sur-teintées, qui confèrent au Sorento (Vogue) un look plus exclusif.
Encore plus discrètes, les modifications apportées à l’habitacle se limitent à quelques réaménagements au niveau du tableau de bord. Ceux qui possèdent déjà «l’ancien» Sorento, remarqueront très vite la disparition du faux-bois qui recouvrait généreusement la console centrale. Ceci dit, Kia annonce un traitement intérieur en nette amélioration, avec des matériaux plus cossus. Le communiqué du constructeur met aussi l’accent sur le confort des occupants, avançant que «l’intérieur du Sorento, à la fois confortable et accueillant, offre tout ce que l’on est en droit d’attendre d’une voiture haut de gamme».
Un argument qui se vérifie d’une part par les côtes d’habitabilité offertes aux passagers et d’autre part -mais dans une moindre mesure- à travers les équipements de confort nouvellement disponibles dès le premier niveau de finition, «Pack». Outre la climatisation manuelle, on y trouve notamment les quatre lève-vitres électriques et les rétroviseurs électriquement rabattables, un autoradio avec double lecteur (CD et cassette) intégrant un décodeur MP3, un régulateur de vitesses avec commandes au volant, l’allumage automatique des phares. Plus embourgeoisée, la livrée «Vogue», elle, met le paquet : sellerie cuir, siège conducteur à réglages électriques, toit ouvrant, climatisation automatique bi-zones, ordinateur de bord… Dans cette configuration, le Sorento séduira autant par son caractère luxueux que par sa practicité.
Mais la principale nouveauté du Sorento restylé est moins visible à l’œil nu et plus perceptible pour le pied droit du conducteur. Car, sous le capot, le 2.5 l turbodiesel à rampe commune et à géométrie variable, a profondément été revu pour offrir un surplus de puissance. Celle-ci est passée de 140 à 170 chevaux, pour un couple de 398 Nm. De quoi distiller un agrément de conduite et promettre de franches accélérations et des dépassements vigoureux. Cela, même si ce moteur, le seul disponible dans la gamme marocaine du Sorento, est strictement associé à une boîte automatique à 5 rapports (et mode séquentiel). Toujours sur le plan dynamique, Kia annonce également avoir revisité les trains roulants de son 4×4 fétiche. Ce qui devrait se traduire par plus de rigueur et d’adhérence dans les virages à vitesse soutenue. Mais à force d’évoquer toutes ses qualités routières, on en vient presque à oublier que le Sorento a de sérieuses prétentions en matière de franchissement. Et pour cause, le Sorento repose sur un châssis échelle séparé avec essieu arrière rigide. C’est là un schéma technique traditionnellement commun aux authentiques baroudeurs, c’est-à-dire les vrais tout-terrain. A cela, s’ajoute l’efficacité de sa transmission intégrale. A ce titre, on signalera que la version Pack se distingue par une commande manuelle qui permet au conducteur de pouvoir transférer le couple moteur à 2 ou à 4 roues motrices. Le Sorento Vogue, lui, fait confiance à un nouveau dispositif de transmission intégrale permanente. Baptisé TOD (Torque-on-Demand), ce système de transmission répartit intelligemment le couple entre les quatre roues en fonction de leur adhérence. Bref, le Sorento a nettement les moyens d’évoluer en dehors du bitume. Cela, même si l’on sait que le gros de la clientèle, en Europe comme au Maroc, achète ce genre de véhicules pour s’aventurer au quotidien dans la jungle urbaine.
Enfin, énième précision et non des moindres, la grille tarifaire n’a pas vraiment évolué au vu de toutes les améliorations apportées à ce produit. Comptez 341.000 DH pour le Sorento Pack et 422.000 DH pour la version Vogue. Certes le gap de prix entre ces deux finitions est assez important. Mais, force est de constater que le positionnement de l’importateur marocain de Kia correspond bien à deux offres bien ciblées et se veut avant tout très compétitif.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *