Renault Laguna Coupé : Une robe et des dessous craquants

Renault Laguna Coupé : Une robe et des dessous craquants

La gueule d’une Renault (Laguna), le profil d’une Audi et l’arrière d’une Aston Martin. Voilà en gros les premières impressions que dégagent le Laguna Coupé aux premiers regards. Un modèle avec lequel Renault opère son grand come-back dans le giron des coupés, segment toujours dominé par les allemands. Pour s’en distinguer, la firme au losange a d’abord misé sur le design. Une ligne épurée, une face avant expressive, quelques nervures et des proportions équilibrées. En effet, au-dessus d’un porte-à-faux arrière court, une magnifique poupe semble avoir été «sculptée» par des doigts de fée. Le pavillon arqué et chutant en pente douce vers l’arrière se conjugue avec l’épaulement latéral et prononcé pour donner naissance à une poupe du plus bel effet. On y découvre une sorte de becquet intégré, ainsi que de larges blocs de feux, fins et agrémentés de diodes rouges. Bref, sous cet angle, le coupé Laguna est tout simplement très craquant. La présentation intérieure, elle, a été reprise à la Laguna berline, mais dans ses exécutions les plus chics et avec une touche de sportivité. On retrouve donc cette planche de bord en mouvement, bien agencée et garnie de matériaux nobles, qui dégagent un parfum de haut de gamme. Un peu comme la double couture du cuir qui recouvre la sellerie et le volant sport à partie inférieure plate. Bien évidemment, l’accès aux places arrière se fait via le basculement des sièges avant qui coulissent électriquement sur 24 cm. La banquette est spacieuse pour accueillir –confortablement– 2 adultes et la garde au toit suffisante même pour des gabarits mesurant 1,80 mètre. Outre un grand coffre de 423 dm3, ce 2+2 dont on notera une longueur contenue à 4,64 m, regorge d’équipements de confort et de sécurité. Projecteurs bi-xénon, directionnels et à allumage automatique, sièges chauffants, radar de stationnement, détecteur de crevaisons ou encore, flopée d’airbags. Il s’agit des deux airbags frontaux, de deux autres latéraux (avant), de deux rideaux gonflables sur tout le vitrage latéral, mais encore de deux énièmes airbags dits «anti-sous-marinage». Nichés dans l’assise des sièges avant, ces petits sacs se déploient pour fixer le bassin sur le siège et ainsi empêcher le corps de glisser sous la ceinture. Une première ! Tout comme l’installation audio axée sur la qualité du son et la connectivité. Un système à 10 HP (Bose), breveté et développé en partenariat avec un spécialiste du son (Arkamys). Sur les routes ensoleillées du Sud du Portugal (où nous avons été conviés pour tester ce véhicule), nous avons également apprécié le module bien pensé de la climatisation et son utilisation intuitive. Mais de telles sensations de bien-être n’auront pas eu raison de l’agrément de conduite. Pour parvenir à ce résultat, les ingénieurs français ont réaménagé toute la base roulante du véhicule, avec à la clé un châssis 25% plus rigide que celui de la berline et un freinage renforcé. Mais c’est surtout, les roues arrière directrices qui font de cette Renault un coupé exclusif. Baptisé «4Control», le mécanisme géré électroniquement fait que les roues arrière peuvent pivoter avec un angle de braquage allant jusqu’à 3,5 degrés. Il en découle une motricité et une tenue de route à toute épreuve. Même dans les virages les plus serrés se négocient à vive allure, avec à la fois une précision et une sérénité déconcertantes. Le Laguna Coupé est une voiture qui roule comme sur des rails ! Mécaniquement, et sur un total de huit motorisations, deux V6 offrent les meilleures «perfs» à ce coupé. Il s’agit des 3.5 litres essence de 240 chevaux et du nouveau 3.0 dCi de 235 ch. Ce dernier, plus coupleux que son homologue essence (450 Nm contre 330 Nm) nous a séduit par sa souplesse et son allant, d’autant plus qu’il est accouplé à une boîte automatique à 6 rapports. Bref, un coupé qui n’est pas uniquement vecteur d’image, mais bien générateur de sensations. Du coup, les ventes devraient également suivre en Europe, comme au Maroc où ce coupé est attendu pour le premier trimestre 2009. Vivement !


• DNES à Faro (Portugal)
Jalil Bennani

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *