Richard Zreik : «Toutes les futures Nissan auront de l’ADN GT-R»

Richard Zreik : «Toutes les futures Nissan auront de l’ADN GT-R»

ALM : Comment évoluent les ventes de Nissan dans la région du Golfe et les marchés y afférents ?
Richard Zreik : Nous avons réalisé des ventes record en 2007 sur les marchés de la zone dite GCC (Conseil de coopération du Golfe) avec un total de 181.000 unités, soit notre meilleure année. Dans cette région, il faut inclure les principaux pays du Golfe y compris le Liban, la Syrie et la Jordanie, plus trois Etats de l’ex Union Soviétique que sont l’Azerbaïdjan, l’Arménie et l’Ouzbékistan, ainsi que l’Algérie et le Maroc. Ces deux pays sont d’ailleurs ceux sur lesquels nous nous focaliserons désormais et en particulier le marché automobile marocain qui évolue d’une manière exponentielle.

Quelles sont les nouveautés qui seront lancées dans les mois et années qui viennent ?
Nous prévoyons le lancement de plusieurs nouveaux modèles au Maroc d’ici 2010. Mais d’abord, nous allons introduire des motorisations Diesel sur des modèles clés comme la Tiida. Il y aura ensuite l’arrivée du nouveau Murano, dont la carrière commerciale a été couronnée de succès au Maroc comme dans le monde. Et bien sûr, il y a le coupé GT-R dont le lancement se fera bien au Maroc, mais pas avant d’avoir ficelé plusieurs points. Il faut notamment que notre importateur au Maroc subisse une formation spécifique pour ce produit à Tokyo. Car, tout est pointu dans ce coupé, comme par exemple les pneus qui reçoivent des réglages bien précis. Du coup, la GT-R sera lancée au Maroc en même temps que sur les marchés du GCC, soit durant le premier trimestre 2009.

Qu’en est-il pour le Qashqai, pourquoi tarde-t-il a être lancé au Maroc ?
Le Qashqai arrive tard pour tout le monde sur les marchés du Moyen-Orient. D’abord, parce qu’il y avait des modifications particulières à apporter au véhicule pour l’adapter aux conditions de roulage de cette région. Ensuite, parce que ce modèle connaît un succès planétaire et plus particulièrement en Europe. Ceci dit, son lancement au Maroc se fera au plus tard en septembre.

Pourquoi la nouvelle Altima ne figure pas sur le catalogue marocain de Nissan ?
Nous savons que tous nos concurrents directs sont présents sur ce segment (NDLR : celui des routières) et nous travaillons sur cette question. En fait, nous voulons que ce modèle ait droit à un véritable lancement au Maroc et non pas seulement qu’il soit présent au catalogue ou faiblement diffusé. Car, l’Altima est aussi un modèle assez particulier.

A votre avis, comment est perçue la marque Nissan par la clientèle marocaine ?
Je pense que tous les Marocains connaissent Nissan. Mais peu d’entre eux ont une idée de la qualité élevée de nos modèles, leur fiabilité et leur durabilité. Ce n’est pas une question d’image, mais juste un manque de communication. Nous devrions peut-être nous rapprocher un peu plus de notre clientèle et lui offrir plus l’occasion de découvrir notre gamme qui est à la fois attractive et assez large. C’est dommage que Nissan soit leader sur plusieurs marchés, mais pas au Maroc. Nous voulons remédier à cela et nous croyons fermement que nous pouvons surpasser nos concurrents. Nos fantastiques produits le méritent.

Qu’est-ce qui fait la particularité d’une Nissan par rapport à une autre japonaise ?
Nissan est une firme dynamique, fière de son héritage, mais également agressive lorsqu’il s’agit de communiquer sur certains produits comme les coupés 350Z et GT-R. Nos véhicules ont un design fort et émotionnel, ainsi que des éléments que vous ne trouvez pas sur une autre automobile japonaise. Et vous allez voir que toutes les futures Nissan qui seront développées auront de l’ADN GT-R. Au même titre d’ailleurs que tous ceux qui travaillent pour Nissan dans le monde et qui partagent fièrement leur appartenance à la marque japonaise la plus sexy du moment.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *