Ventes de voitures : tendance baissière

Ventes de voitures : tendance baissière

A la fin de chaque première semaine du mois, l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (Aivam) communique les statistiques de ventes de voitures neuves recueillies sur l’ensemble du marché marocain. Celles de septembre viennent donc de «tomber» et elles montrent des performances en baisse pour de nombreux importateurs, mais aussi un «essoufflement» des ventes de véhicules particuliers montés localement.
Ainsi, sur le segment des véhicules particuliers (voitures de tourisme et 4×4) importés (CBU), septembre n’a absorbé que 3.197 unités, contre 3.903 en août et 4.507 en juillet. Même son de cloche du côté des VP montés localement (CKD), qui n’ont pas dépassé 1.843 livraisons le mois dernier contre 1.862 en juillet et 2.774 durant août. Même la Logan, jusqu’ici première star du marché national, a vu ses ventes sensiblement s’effriter en septembre, enregistrant sa plus basse performance de l’année. De quoi se poser bien des questions (lire encadré).
Cependant, il n’en demeure pas moins que Renault et Toyota, soit deux des trois labels importés les plus vendus au Royaume tirent plutôt bien leur épingle du jeu, rejoints par Kia Motors.
Leader du marché national, toutes catégories confondues, Renault Maroc reste toujours troisième dans le classement général des ventes de véhicules de tourisme importés montés (VP-CBU), avec un cumul de 3.921 ventes en 2006. Troisième certes, mais il enregistre en septembre la meilleure performance commerciale avec un volume 458 VP-CBU livrés. Juste derrière, arrive le label Toyota, qui reste, lui, encore leader dans ce même segment avec un cumul de 4.474 unités vendues, dont 414 en septembre. L’importateur local, Toyota du Maroc, profite toujours d’une gamme qui a le vent en poupe, même si (comme on le verra plus loin) concentre de plus en plus d’effort sur une autre marque du groupe.
En revanche, Peugeot n’a livré que 336 modèles neufs (VP-CBU toujours), mais garde le devant sur son challenger (Kia Motors) en cumulant 4.408 ventes depuis le début de l’année.
Et justement, cette Kia Motors Maroc a réalisé la troisième meilleure performance du mois. Ses 403 véhicules vendus en septembre, lui autorisent un cumul global de 3.097 unités et de conforter son avance sur les ventes de Volkswagen (2.860 en 2006), voire creuser l’écart avec un autre label coréen, Hyundai (2.656 ventes cumulées en 2006). A ce titre, et avec 198 unités livrées en septembre, Global Engines, l’importateur marocain de Hyundai, n’a visiblement pas fait «un bon mois». Un coup d’œil sur les ventes détaillées de ce label montre qu’il s’est vendu 49 Atos ; 71 Accent ; 42 Tucson et seulement 22 Santa Fe. Or, ce dernier 4×4 avait trouvé 70 nouveaux preneurs le mois précédent et continue à enregistrer une très forte demande ces temps-ci. On en vient alors à penser qu’il pourrait y avoir eu un problème de disponibilité le mois dernier, soit avant l’arrivée toute fraîche d’un important stock de Santa Fe.
Juste derrière, Citroën Maroc n’a pas vraiment brillé en septembre en ne livrant que 163 VP-CBU et cumulant 2.222 ventes en 2006. Cela dit, l’importateur marocain de la marque aux chevrons continue à profiter de ses Berlingo montés localement, même si depuis quelque peu, il a atteint une parité 50/50 dans ses ventes CBU et CKD.
Pour le reste, on retiendra surtout l’une des meilleures progressions 2005/2006 (+ 203%), celle de la marque Daihatsu (distribuée par Toyota du Maroc) qui a fait de septembre son meilleur mois historique au Maroc en réalisant 82 ventes, dont une cinquantaine relative à la nouvelle citadine, la Sirion. Une sacrée performance. D’autant plus que la totalité de ces ventes concernent strictement des particuliers (et non un marché public). Une performance qui marque surtout (et enfin) le véritable envol commercial de Daihatsu sur le marché marocain.

Dacia Logan : pourquoi ses ventes ont chuté ?
Pourquoi les ventes de Logan se sont essoufflées durant ces dernières semaines ? Est-ce un problème industriel qui affecte la Somaca, ou une question d’ordre commercial propre au réseau Renault ? Ou est-ce tout simplement une désaffection de la clientèle marocaine quant à la voiture économique de Renault ? Que d’interrogations auxquelles il est difficile de trouver une réponse exacte. Reste une hypothèse : étant donnée que cette voiture n’est disponible, en Diesel, qu’en motorisation 1.5 litre dCi, le client marocain aurait-il commencé à la «bouder» parce qu’elle ne doit consommer que du gazole 350 ppm ? C’est là une contrainte qu’il ne faut pas négliger. D’abord, du fait que ce gazole à faible teneur en soufre n’est pas encore disponible sur l’ensemble des stations-services du Royaume et notamment dans les petites villes. Puis, au-delà de cette donne, il y a le prix à la pompe. Car, malgré la récente baisse tarifaire, le «mazout» ordinaire reste plus abordable que le «350». Même que le différentiel de prix durant ces derniers mois avait atteint près d’un dirham et demi. Une thèse confortée par les ventes de Renault Kangoo qui, lui, est toujours disponible en moteur Diesel atmosphérique (1.9 litre D) et qui, commercialement, se maintient toujours en haut de forme. D’ailleurs, on retiendra au passage que la berline économique de Dacia n’a finalement pas «cannibalisé» le Kangoo, ni même la Clio Classic. Maintenant, aller jusqu’à dire que la Logan est en perte de vitesse, il faudra encore attendre les trois prochains mois. Ces derniers seront donc décisifs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *