A dire vrai… L herbe serait plus verte… ?

A dire vrai… L herbe  serait plus verte… ?

L’herbe serait plus verte ailleurs. Semble-t-il.

Il me semble que le séjour ailleurs est plein d’émerveillement, que le retour au bercail ne manque pas de s’accompagner quelquefois d’une pointe de malaise.
Il me semble qu’ailleurs l’environnement constitue une préoccupation majeure, qu’ici il ne constitue qu’un épiphénomène éclectique.

Il me semble qu’ailleurs les conducteurs sont courtois, respectent le code, ne corrompent jamais. Il me semble qu’ici ils sont bruyants, des modèles d’anarchie, des exemples d’incivisme.

Il me semble qu’ailleurs les gens parlent discrètement en public dans leur téléphone, attendent patiemment leur tour, vous disent pardon lorsqu’ils vous croisent sans même vous avoir effleuré, attendent que vous sortez de l’ascenseur avant de le prendre. Il me semble qu’ici l’on hurle sa vie dans son téléphone, l’on se précipite, tête baissée, pour passer en premier avant les autres, occuper les premiers emplacements, sans prendre la peine de prononcer un mot d’excuses.

Il me semble qu’ailleurs ils expriment librement leurs opinions, manifestent pacifiquement, sans crainte de menaces, de représailles, de procès d’intention ou de justice. Il me semble que s’exposer publiquement ici nécessite quelques précautions.

Il me semble qu’ailleurs ils sont fiers de leur système politique, critiques envers leurs politiques, qu’ici nous avons du mal à nous reconnaître dans le nôtre, sommes profondément insatisfaits des nôtres.

Il me semble qu’ailleurs les politiques ont des convictions, qu’ici ils ont des ambitions.

Il me semble qu’ailleurs les politiques sont à mille lieues de l’idée d’acheter les voix des électeurs, que les électeurs s’indigneraient si d’aventure on leur proposait de monnayer leurs voix, qu’ils ont le pouvoir de renvoyer leurs mandataires avec un bulletin de vote. Il me semble qu’ici il est plus facile de déplacer la chaîne de l’Atlas que de nettoyer les écuries électorales.

Il me semble qu’ailleurs les administrations sont au service des administrés, qu’ici l’on joue souvent le rôle du pigeon bon à être plumé par d’indélicats préposés au service public.

Il me semble qu’ailleurs une bonne idée a bien des chances de donner naissance à une entreprise, qu’ici le meilleur projet doit connaître les affres du parcours du combattant pour voir le jour.

Il me semble qu’ailleurs ils ont plaisir à regarder leurs télévisions, qu’ici les petites lucarnes font office de stupéfiants.

Il me semble qu’ailleurs ils sont fiers de leurs réalisations, que leurs systèmes éducatifs engendrent des citoyens productifs. Ici, il ne nous reste plus que les yeux pour pleurer une école longtemps tombée en ruine.

Il me semble qu’ailleurs ils n’ont nul besoin de visa pour parcourir le monde, qu’ici il faut subir l’humiliation des files de la honte devant les consulats, sans garantie d’obtenir le visa tant convoité.

Il me semble qu’ailleurs les jeunes sont bien dans leur peau, bien dans leur pays, qu’ici le pays n’arrive plus à retenir ses enfants qui veulent tous aller vivre sous d’autres cieux.

Il me semble qu’ailleurs les gens sont confiants dans l’avenir, qu’ici ils sont moroses, désabusés.
Amère réalité, ou simple impression ?
Verre à moitié vide, ou verre à moitié plein ?
Vision aigrie ou absence de réalisme ?
Refus de la médiocrité, ou idéalisme excessif ?

Il me semble que l’herbe est plus verte ailleurs.
Car, il y a toujours un ailleurs où l’herbe est plus verte.
Bien qu’ici, à y regarder de plus près, le pré possède tous les ingrédients pour que l’herbe soit aussi verte qu’ailleurs… voire plus.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *