à Messieurs Ouzzine, Benabdellah, Sbihi !

Vos portefeuilles ministériels sont moins convoités, moins commentés que ceux des Finances, des Affaires étrangères, de la Justice…et pourtant ! Pourtant ils ne sont pas moins nobles, ils ne sont pas moins exigeants en terme de résultats, ils ne sont pas moins lourds de responsabilités, pour une bonne raison…ils concernent et touchent ce que nous avons de plus cher: notre jeunesse! Politique de la ville, Jeunesse et sports, culture sont en effet les ministères -par excellence- de la jeunesse, bien sûr ce sont TOUS les ministères, c’est TOUT le gouvernement qui doivent faire de la jeunesse leur priorité, mais ces 3 départements sont en première ligne.  Une politique de la ville est pour la 1ère fois inscrite dans l’organigramme gouvernemental, elle doit – entre autres- permettre une implication pleine et entière des citoyens et tout particulièrement des jeunes dans la vie de la cité !
C’est une priorité car une ville, une citée, un quartier ne sont viables, ne sont de véritables lieux de vie, ne sont des lieux d’intégration que dès l’instant où leurs habitants et notamment la jeunesse en sont acteurs. La culture quant à elle est l’âme d’un peuple, elle est son patrimoine identitaire et sa projection dans l’avenir. Nos jeunes sont orphelins de culture, le ministère précédent a été un long calvaire qui n’a aucunement su permettre de nouvelles formes d’expression, ni favoriser l’émergence de talents… Il faut ouvrir les vannes ! Les ouvrir à la création, au foisonnement, à l’effervescence. Les quartiers, les places publiques, les lieux de rencontres (cafés, restaurants, halls administratifs…) doivent devenir des «espaces culturels», les jeunes doivent bénéficier de filières, de bourses leur permettant d’investir la culture. Nul besoin d’un budget omnivore – même si des moyens à la hauteur de l’enjeu sont nécessaires – il faut avant tout installer, favoriser, susciter un climat propice à la création et à l’expression, croyez moi les talents sont dans les starting blocks ! Enfin le ministère de la jeunesse ! Les ministres précédant Mohamed El Gahs et Moncef Belkhayat, dans des styles très différents, laissent des acquis, le nouveau ministre ne part pas de rien, pour autant sa tâche est immense qui a pour objectif premier de permettre l’épanouissement d’une jeunesse plurielle, impatiente comme toute jeunesse et exigeante. Nos jeunes sont ballottés entre espoir et résignation, entre valeurs hétéroclites et éducation défaillante, entre envie de «s’en sortir» et absence d’esprit d’initiative, entre volonté et découragement, la première marche à franchir est celle du rétablissement de la confiance, de l’apprentissage de l’estime de soi, de la foi en l’avenir. Pour cela pas de faux-fuyant il faut confier aux jeunes – avec l’aide, l’appui, l’accompagnement des aînés bien sûr – les rênes de leur vie ! Notre jeunesse est ce que nous avons de plus beau, de plus précieux, elle mérite d’être clairement identifiée comme Cause nationale prioritaire et que tout soit mis au service de cette cause. Il faut une mobilisation générale pour les jeunes, par les jeunes et avec les jeunes !
Donnons leurs des racines et des ailes !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *