De toutes les couleurs : compétition et critères de sélection

De toutes les couleurs : compétition et critères de sélection

Il est vrai que les gens ne s’améliorent pas énormément quand ils n’ont pour modèle qu’eux-mêmes, que leurs propres expériences. La compétition, quand elle est saine, est plutôt bénéfique puisqu’elle pousse les gens à s’améliorer. Cela dit, il est bon de rappeler à ceux qui pensent que la compétition est une sorte de sélection naturelle qui favorise les plus forts et les plus intelligents, qu’elle peut aussi occasionnellement favoriser des criminels. En principe, l’art n’est pas une compétition. C’est une expression particulière d’un fort caractère, indépendant des autres. C’est le caractère et la détermination de l’artiste qui mènent à la qualité et c’est la qualité des œuvres qui mène à l’acceptation. Donc, théoriquement l’artiste n’a que faire de la compétition ! Il se concentre sur sa seule création. Travailler sincèrement, avec tout son cœur, être soi-même ou s’en approcher le plus, est un domaine où il n’y a pas de compétition. La seule compétition possible pour un artiste serait peut-être celle avec ses propres niveaux, intellectuel et technique, précédents. Et comme dirait Béla Bartók, un compositeur et pianiste hongrois, «la compétition, c’est pour les chevaux !»
Théoriquement donc,  il n’y a pas de compétition entre artistes, mais en réalité la compétition est toujours présente –souvent indirecte. Involontairement, les artistes sont souvent mis en compétition entre eux par divers organismes publics ou privés. Ces derniers recourent à des comparaisons pour pouvoir en choisir selon des critères de sélection qui leur sont propres. D’un autre côté, il y a de plus en plus de concours et de compétitions auxquels des artistes participent en espérant gagner des prix. On peut passer ainsi toute sa vie d’artiste à courir derrière les classements et les reconnaissances.
 Comme l’artiste aujourd’hui n’a plus le choix, et que la compétition existe malgré lui, selon des critères variables, et puisqu’il est obligé de l’accepter comme faisant partie du jeu, tout ce qu’il peut espérer c’est qu’elle soit saine et juste. Il doit aussi comprendre qu’il s’agit d’opinions et non de réflexions sur sa valeur. Et c’est aussi dangereux de croire qu’on est un grand artiste juste parce qu’on a gagné une compétition. Lorsqu’un organisme met des artistes en compétition en vue d’en sélectionner un ou plusieurs, les bonnes manières consistent à se fixer des critères de sélection bien précis qu’un jury ou un comité de sélection se force de respecter. Il arrive cependant que ces critères soient volontairement flous, basés sur des affinités, des liens amicaux ou parfois même sur des échanges de services. Accepter ce genre de pratiques, vouloir toujours tout avoir facilement est antiartistique car la vie ne se limite pas à vouloir tout avoir. Les braves gens préfèrent échouer avec honneur que de réussir en trichant car il n’y a pas de grandeur là où il n’y a pas justice, clarté et vérité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *