Essaouira, par delà les frontières !

Essaouira, par delà les frontières !

Cette 10 ème édition du Festival des Andalousies Atlantiques a eu une autre vertu, montrer que les nouvelles générations suivent, que ces valeurs ne sont nullement en voie de disparition et que la jeunesse est en train de se positionner comme un maillon fort de cette chaîne.

Durant 4 jours Essaouira a été le cœur battant du Maroc Pluriel, tous ceux qui étaient dans cette ville pour assister au Festival des Andalousies Atlantiques, organisé par l’Association Essaouira-Mogador, n’avaient non seulement plus de notion du temps mais avaient aussi aboli toutes les frontières entre religions, cultures, générations, langues… Tous étaient là pour célébrer, par delà les frontières, une véritable communion des âmes, par la musique bien sûr mais également par le dialogue et la cohabitation. Le Maroc multiculturel  s’était donné rendez-vous et avait donné rendez-vous à tous ceux qui partagent ses valeurs : l’ouverture sur l’Autre, le respect, l’enrichissement mutuel…

Par delà les frontières, par delà les différences, par delà les âges Essaouira a réussi ce petit miracle de faire résonner et raisonner cœurs et esprits au diapason.

La musique a fait vibrer et les paroles ont montré à quel point, à partir d’une cité, un rêve s’est révélé être en fait une réalité. En effet si les spectacles ont attiré la foule, unissant en rythmes les voix de tous les artistes qui avaient répondu présent, lors des «moments précieux» ou lors des soirées, qu’ils soient artistes en herbe ou confirmés, il fallait aussi voir comment chaque matinée voyait affluer à «Dar Souiri» une foule de personnes avides de débattre, d’échanger, de témoigner. L’importance du lien et du lieu, la mémoire, l’Histoire…durant des heures les paroles se sont mêlées pour le meilleur.

André Azoulay, l’âme fondatrice de ce festival, entouré de personnalités telles Françoise Atlan, Faouzi Skalli, Rachid Benmokhtar, Izza Genini, Kamal Hachkar… n’a pas eu son pareil pour mettre en avant les valeurs du «Maroc métisse»: musulmano, judéo, arabo, amazigh, andalou et africain le Maroc situé aux portes de l’Europe, du Maghreb et de l’Afrique est un «modèle» en matière de métissage culturel, cultuel et ethnique…Il faut que les vents qui soufflent sur la ville portent loin ce message, car la diversité est une évidente source de richesse culturelle, de cohésion, de croissance et de stabilité !

Cette 10 ème édition du Festival des Andalousies Atlantiques a eu une autre vertu, montrer que les nouvelles générations suivent, que ces valeurs ne sont nullement en voie de disparition et que la jeunesse est en train de se positionner comme un maillon fort de cette chaîne du Maroc Pluriel, tant au niveau des organisateurs avec Tariq Ottmani, Kaoutar Chakir Benamara et leur équipe, qu’au niveau associatif avec Elmehdi Boudra et le «Mimouna Club» ou encore les «Marocains Pluriels» et leurs «Marocains Pluriels juniors», qu’au niveau des artistes avec de jeunes talents tels Neta Elkayam, Dinar Hicham Souiri, Omri Mor, Marouane Hajji et tant d’autres…

Ce souffle de jeunesse qui perce dans le sillage des «alizés» que sont les fondateurs de ce Festival est de bon augure, au-delà des frontières et par delà les générations le Maroc de la diversité est et sera intemporel. C’est André Azoulay qui d’une phrase résume le mieux l’esprit et la philosophie de ce Festival : «Essaouira envoie ainsi un signal d’espoir, de lumière et de raison au reste du monde.»

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *