Hors-jeu : Gartili ou l’art de perdurer

Parmi les dirigeants de notre football qui ont fait long feu dans ce métier de prestige, figure en tête de liste l’inénarrable Mohamed Gartili. Il a été de tous les voyages de notre football depuis qu’il a été mis sous les feux de la rampe par l’équipe fédérale dirigée alors par le colonel Zemmouri.
Gartili avait alors séduit par son franc-parler, sa franchise et son sens de la critique, le tout moulé dans une facilité d’élocution assez remarquable. C’est un fait qui frise la rhétorique mais l’acte est une autre histoire qui n’a pas toujours servi cet homme polyvalent jusqu’à la satiété. Gartili est un ancien cabinard qui a travaillé avec deux ministres, a adhéré à deux partis politiques et s’est présenté deux fois à la députation.
Candidat malheureux dans les dernières élections, il a toutefois gagné toutes les batailles qu’il a engagées pour briguer une multitude de postes dans la direction de notre football. Il est membre fédéral, vice-président du GNF, président de la ligue du Gharb, président de la commission technique à la FRMF, chargé de marketing au GNF, président de l’IZK et était chargé de l’équipe nationale féminine. Il est vrai que Gartili est un homme intelligent ne serait-ce que parce qu’il est arrivé à cumuler autant de fonctions. Mais il est, aussi, un homme qui ne se gêne pour crier plus fort que les autres et surtout pour trouver des réponses à toutes les questions.
C’est un beau parleur sauf que dans la pratique, il a été confronté à plusieurs scandales surtout dans des déplacements à l’étranger. Quand il est allé au Japon pour accompagner l’équipe nationale junior qui participait au tournoi Shizuoka, une affaire de cadeaux a failli l’éclabousser. Mais l’homme a su régler l’affaire des montres offertes par les Japonais avec subtilité en éludant toute velléité malveillante que certains ont essayé de lui attribuer. Il s’en est sorti, comme toujours indemne comme il n’a pas été pointé du doigt quand certaines joueuses ont dévoilé une certaine délinquance au sein de l’équipe nationale.
Il est resté imperturbable face à ces accusations et n’a jamais abdiqué aux coups de boutoir de ses nombreux adversaires. Et ils sont nombreux ceux qui ne l’aiment pas. L’homme est très ambitieux et a tout fait pour arriver à ses objectifs professionnels, politiques et autres. C’est son droit le plus absolu et c’est tout à fait légitime sauf qu’il s’est aperçu que le cumul, dans les fonctions dans le football, n’assure aucunement une place de député au Parlement. Ces fonctions n’assurent certainement pas aussi la bénédiction du président de la fédération surtout quand le Général constate que l’intérêt général du football est mis en cause par une ambition personnelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *