Hors-jeu : Les mérites de 2M

Les émissions sportives de 2 M ne sont pas parfaites et ne pourront jamais l’être puisque le parfait n’existe pas sur terre. Mais il faut reconnaître à nos confrères de la deuxième chaîne une accumulation de professionnalisme qui vaut près de 14 ans d’exercice.
Comme chaque corps de métier, il existe de bons journalistes et d’autres moins bons. C’est ce qui explique les multiples redéploiements qu’a connus la rédaction sportive de la chaîne d’Ain Sebaa qui ont contribué à l’amélioration des émissions sportives en arabe et en français Il est vrai que nos confrères de 2 M font souvent l’objet de critiques parfois justifiées et d’autres fois ciblant des personnes pour des raisons mesquines. Mais par la force de l’image, le journaliste de la télévision goûte à la célébrité, mais il s’expose aussi à la critique. Ce qui n’est pas le cas du journaliste de la presse écrite qui commet souvent des bourdes sans qu’il ne soit pris à partie par ses confrères. C’est vrai que l’effet de la télévision est si magique que nous oublions souvent de nous remettre en cause tout en critiquant nos confrères de l’audiovisuel. Encore faut-il rappeler que ces derniers passent en direct avec tous les risques de l’erreur alors que nous prenons tout notre temps pour écrire et corriger nos articles. Il faudrait donc faire la part des choses et rendre hommage aux responsables de 2 M qui est devenue une chaîne sportive par excellence.
Son directeur Noureddine Sail a été, heureusement pour nous et pour la majorité des téléspectateurs, contaminé par l’extraordinaire ferveur que suscite le sport. On n’en a pour preuve que l’effet de la retransmission en direct de l’Open d’Australie avec les exploits de Younes El Aynaoui qui ont retenu le souffle de tous les Marocains pendant des heures. Le jour comme la nuit. Notre attention, nos coeurs et nos émotions étaient tellement concentrés sur le jeu de Younes, qu’on ne s’est jamais aperçu que derrière cette retransmission toute une équipe était mobilisée. Les journalistes commentateurs, les techniciens de retransmission et autres ont passé une nuit blanche lors du match de Younes contre le numéro Un mondial Hewitt. Pendant qu’on était assis confortablement devant l’écran, une équipe de plus de vingt personnes avait commencé le travail bien avant le début du match.
Ces journalistes et ces techniciens qui ont travaillé pendant plus de cinq heures d’affilée méritent tout le respect et toutes les louanges. La rédaction sportive bien menée par son responsable Hassan Boutabsil ainsi que tout le personnel technique et autre qui travaillent dans l’ombre doivent se féliciter de leur performance. Ce n’est pas de la complaisance, mais notre métier ne se limite pas à donner de l’information.
Il exige de nous la critique quand celle-ci est bien argumentée comme il nous oblige à positiver quand un travail est bien fait surtout dans le monde de la télévision. La chaîne 2M a beaucoup de mérite dans la promotion du sport en couvrant en direct des compétitions internationales de renom comme le championnat espagnol et italien, la ligue des champions, voire le NBA. Tout un programme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *