Mieux vaut en rire : Souriez, vous êtes surveillés

Mieux vaut en rire : Souriez, vous êtes surveillés

Je sais que l’actualité n’a pas manqué cette semaine de faire parler d’elle, mais pas toujours pour des raisons intéressantes pour nous, mais l’information que je me propose aujourd’hui de commenter pour vous, nous intéresse au plus haut point. En tout cas, je peux vous révéler d’emblée que désormais, on vous a l’œil. Oui, vous avez bien compris : on va vous surveiller. On va acquérir pour nous, et, bien sûr, avec nos propres deniers, sans pour autant nous demander notre avis, des milliers de caméras, 20.000 si l’on en croit le chiffre annoncé par la presse toujours pressée de nous annoncer les «bonnes nouvelles». Cela dit, il ne faut peut-être pas forcément le prendre mal, car, l’intention – du moins telle qu’elle est énoncée dans l’annonce officielle de cette info – est tout ce qu’il y a de plus louable : on veut nous surveiller pour mieux nous protéger. De qui ? Des malfaiteurs, pardi ! Ah, non, pas les «malfaiteurs» que vous savez, ces fameux « voyous au col blanc » qui sont loin d’être blancs comme neige, mais qui, contrairement aux autres «pauvres vrais voyous», ne font pas leurs petits coups, ou, plutôt, leurs grands coups, publiquement. Donc, une caméra, même la plus miniaturisée et la plus sophistiquée, n’y verrait que du feu. Ni vu, ni connu, circulez, il n’y a rien à filmer. Revenons maintenant à nos moutons, pardon, à nos boutons. Justement, désormais, il suffira d’appuyer sur un  bouton, et ils verront tout. «Ils», ce sont nos valeureux et sympathiques surveillants, nos «Big Brothers» à nous, qui seront chargés de veiller sur notre sécurité et sur notre tranquillité. Tremblez, méchants garnements, dorénavant, on va vous suivre au pas. Le moindre geste suspect, et vous êtes cuits ! C’est plutôt cool, non ? Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais, moi, je suis plutôt circonspect. Ça ne va pas me changer, c’est vrai, mais il y a bien de quoi. D’abord, je voudrais rappeler aux oublieux, que les caméras, on a déjà vu ça, et il y a de ça un bail. Les caméras qui ont été installées il y a peut-être 20 ans dans certains de nos ronds-points, et qui nous scrutaient du haut de leurs objectifs, on n’a jamais su, justement, quel était leur vrai objectif. Oui, je m’en souviens maintenant, ça devait servir pour, soi-disant, régler la circulation et éviter les bouchons. Les bouchons, mon œil ! Dites plutôt les gens qui poussent un peu trop loin le bouchon des… revendications, si vous voyez ce que je veux dire… Entre nous, on n’a jamais su non plus si elles ont réellement marché un jour. Si quelqu’un en sait plus que moi, il peut m’écrire à l’adresse qui s’affiche en bas de l’écran. Blague à part, personnellement, je ne suis pas foncièrement contre de tels procédés qui, soit dit en passant, existent même dans certains pays très démocratiques, mais à condition, primo, que ces caméras surveillent vraiment nos éventuels agresseurs, et deusio, que des moyens soient vraiment mis en place pour les poursuivre pour les arrêter et, donc, les mettre hors d’état de nuire. Parce que si c’est juste pour les filmer pour se passer le film entre copains le soir, il y a déjà de bons DVD piratés pour ça. Maintenant, je ne pourrais pas finir cette chronique sans vous relater, professionnalisme oblige, cette autre mauvaise intention qu’on prête, sûrement à tort, aux poseurs de ces caméras, et qui consisterait à surveiller les faits et gestes, surtout galants, de certaines de nos personnalités en vue, histoire de les faire chanter. Je ne crois pas une seconde à  cette thèse farfelue, et ceux qui avancent ce genre de délires voient tout simplement trop de films… policiers. Bon week-end les surveillés, et gare à vous, les voyous !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *