Périscope : Bravoure

Périscope : Bravoure

Ce n’est pas la première fois que des militaires israéliens s’insurgent contre la politique criminelle de leur gouvernement. Le 25 janvier 2002, cinquante-deux officiers et soldats du cadre de réserve de l’armée de terre avaient annoncé qu’ils refuseraient dorénavant de servir dans les territoires palestiniens. Ceci étant, c’est la première fois que des pilotes de l’armée de l’air israélienne dénoncent, sans mâcher leurs mots, les actes barbares dictés par Ariel Sharon et consort. «Illégalité», «immoralité», «assassinat d’innocents»… autant de mots lourds de conséquence et nantis en symbolique sont disséminés un peu partout dans la pétition signée par ces braves soldats. De quoi donner des insomnies, pour un bon bout de temps, au gouvernement sanguinaire de Sharon. Mais les déboires d’un exécutif, qui a prouvé sa vision barbare de la vie, sont les cadets des soucis que l’on pourrait se faire. Le refus de ces pilotes, considérés comme le corps d’élite des forces armées, de mener des opérations dans les territoires palestiniens, constitue une action révélatrice des ambitions de tout un peuple. Ces pilotes qui ont bravé les infâmes directives de leurs supérieurs en faisant éclater leurs véritables pensées, sont en fait la voix du peuple israélien. Un peuple qui n’aspire qu’à une paix juste et qui vit avec répugnance la situation où l’ont enlisé ses dirigeants. Un peuple compassionnel avec le peuple de Palestine, meurtri et déchiré par une politique sioniste absolutiste. Et c’est justement là où ça a fait mal au gouvernement actuel, que cette véritable secousse tellurique a littéralement déconfit. Les propos cartésiens tenus par ces pilotes sont restés en travers de la gorge des officiels israéliens. Ces derniers n’en reviennent pas du fait que les propos en question émanent d’une élite censée donner l’exemple et revêtent en crédibilité de quoi consolider la position palestinienne et, en conséquence, de quoi démasquer la fourberie du gouvernement israélien. Un responsable à la présidence du conseil israélien a solennellement estimé que cette pétition risquait de provoquer des dégâts pour «l’image de marque» d’Israël dans le monde et justifier «les accusations mensongères des Palestiniens», selon lesquelles Israël s’attaque à la population civile. Cet illuminé laisse ainsi entendre qu’Israël a une image de marque à préserver et que son armée ne touche pas à un cheveu de la population civile. De quoi piquer un fou rire qui durera le temps que persistera l’insomnie des dirigeants israéliens.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *