Post-scriptum : «Darija»

Les initiatives qui utilisent la «darija» se multiplient et c’est vraiment une bonne chose. Ainsi, de ce journal de Salé où de jeunes journalistes en herbe, baptisés «journalistes de l’Espoir», publient un mensuel d’informations locales uniquement en dialecte; ainsi de nombreuses émissions de radio… Comme beaucoup de choses qui «crèvent les yeux», pendant longtemps nous avons refusé de voir à quel point notre langue de communication, notre langue du quotidien, notre langue de compréhension était le dialecte marocain : notre darija. Combien d’émissions de télévision, combien de colloques, combien de débats… avons-nous endurés auxquels nous n’avons pas compris grand-chose. Je me répétais souvent que mon cas était à part, puisqu’enfant de l’immigration (et comme la grande majorité d’entre eux) je ne comprends rien à l’arabe dit «classique»… Cependant, je me rendais bien compte que notre jeunesse et la majorité de notre population étaient eux aussi dans ce cas. Je garde ainsi en mémoire, il y a quelques mois, un débat organisé à Béni-Mellal sur l’INDH où se succédaient à la tribune nombre de ministres ne suscitant guère de réactions dans la salle. Jusqu’au moment où le wali -Si Dardouri- prit la parole, en darija, et où ses propos furent chaleureusement applaudis. Malheureusement, sûrement par volonté de faire cultiver, nombre d’orateurs (élus, représentants de la société civile, politiques…) s’expriment dans une langue -certes fort belle- mais qui n’est vraiment pas, dans notre société, un outil de communication. Il reste pourtant encore bien des «bastions» hermétiques à la darija, en particulier sur nos chaînes de télévision, mais  l’apparition de jeunes animateurs sur nos chaînes de télévision et l’émergence des jeunes dans le mouvement associatif, dans les arts (musique, cinéma, théâtre) sont en train de changer la donne. Car, contrairement à leurs aînés, étant totalement décomplexés vis-à-vis de la darija, ils n’hésitent pas, eux, à l’employer. À quoi sert le langage ? Telle est la véritable question à se poser lorsque l’on est face à un public. À communiquer, se faire comprendre, échanger… et c’est alors qu’il devient clair que si la darija est le meilleur outil, c’est qu’il est notre dénominateur commun et qu’en conséquence il est le meilleur vecteur de notre message. L’émergence de nouvelles cultures urbaines puise également dans la darija et lui donne une nouvelle intonation, un souffle totalement moderne : sa capacité à s’enrichir, se transformer, emprunter à d’autres langues, faire appel à la créativité, sans arrêt nos jeunes inventent de nouvelles expressions, les Beurs y participent également : d’ailleurs nous l’aimons notre darija. Dialecte intemporel et rassembleur notre darija fait partie de notre culture profonde, ne la considérons pas comme un langage bâtard mais bel et bien comme une vraie et belle langue de communication.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *