Post-scriptum : Le sursaut !

L’ «Appel citoyen» lancé par des personnalités peu  habituées «à la pétition» a été le signal du sursaut !
Pour preuve, des centaines de citoyens ont immédiatement réagi, d’autres initiatives ont suivi et la presse écrite ( à titre d’exemple les différents éditos de Khalil Hachimi et de Fahd Yata) qui dénonçait le nihilismeπ et les atteintes diverses portées au pays, à la monarchie, à l’intégrité territoriale y a puisé un nouveau souffle. Car les termes sont significatifs : appel, sursaut, souffle … tous montrent que le silence des patriotes n’a plus le droit d’être. Des intellectuels sortent de leur mutisme, même si l’on peut remarquer qu’une partie de ce que l’on appelle la «société civile», prompte à réagir en d’autres occasions, s’est montrée bien silencieuse face aux attaques dont a souffert notre pays ces derniers temps. La jeunesse, elle aussi, avec les moyens qui lui sont propres, a décidé de s’exprimer: ainsi les jeunes du réseau «Maillage» et les groupes de jeunes musiciens, qui organiseront ce mardi -dans la proximité et la spontaneité- la fête de la musique, ont-ils choisi de faire fleurir sur les t-shirts des slogans aux couleurs de «Allah, al Watan, al Malik». Le fait aussi de poursuivre Nadia Yassine en justice contribue à redonner des repères à la population ; car c’est aussi de cela qu’il s’agit : de repères !
Dévoyant la politique d’ouverture prônée et pratiquée par SM le Roi, d’aucuns en ont profité pour vouloir faire de notre démocratisation une chienlit. Cherchant à déridibiliser, à déstabiliser, à démoraliser, ils ont volontairement confondu liberté et anarchie. Ils avaient oublié de quoi est fait ce peuple ! Ils pourront bien crier d’atteinte à la liberté d’expression, à la régression ; en appeler à la liberté de la presse : le bien-être et l’avenir De 30 millions de Marocains relève de l’intérêt supérieur. Or, des 30 millions de citoyennes et de citoyens aiment leur pays et ont confiance dans le processus enclenché par le Souverain. Ils ne sont pas prêts de le brader pour des chimères, quelles que soient les couleurs dont elles se parent. Ras-le-bol de ce nihilisme qui voulait que lorsque des milliers de gens marchaient avec le Collectif Watanouna, c’était forcément l’Intérieur qui manipulait ; quand des jeunes s’engageaient dans le mouvement associatif, ils étaient évidemment «récupérés» ; quand des journalistes exprimaient des positions patriotes, c’est que bien sûr ils travaillent pour le «makhzen». Ras-le-bol ! ça ne prend plus, ça ne passe plus !
Nous sommes attelés à combler les immenses disparités sociales de notre pays, nous n’avons que faire du chaos que d’aucuns nous proposent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *