Transmission : El Aynaoui : le symbole

Younès El Aynaoui est en passe de devenir un symbole; après sa victoire époustouflante sur l’Australien Hewitt et sa défaite glorieuse devant Roddick, le jeune tennisman a franchi un cran dans tous les esprits, et de sportif accompli à la tête bien faite il accède au statut de modèle, d’exemple identificateur.
En ces temps où la jeunesse marocaine est à la recherche d’images valorisantes, de motifs d’espérer, de repères… Younès vient lui apporter une étincelle.
Que le sport, la culture, la musique soient des moyens d’insertion sociale ne fait pas de doutes, mais que des jeunes -ayant réussi dans ces domaines- aient les épaules assez solides pour servir de «guides» n’est pas aussi évident. Ils sont peu nombreux ceux qui, conscients de leurs responsabilités, acceptent de jouer ce rôle avec lucidité, simplicité et conscience.
Younès en fait partie, avec quelques autres, qui savent allier talent et morale, réussite et exemplarité : certains d’entre eux brillent à l’étranger tels Mustapha Hajji, Abdellatif Bennazzi ou encore Jamal, Roschdy Zem; d’autres – sur le sol national, issus de milieux modestes, prouvent aux jeunes que volonté, persévérance, modestie peuvent payer et permettre de «s’en sortir».
Or, s’il ne faut pas donner de faux espoirs, si les cas de réussite ne doivent pas faire oublier les difficultés, les déceptions, les échecs, il est important de ne pas tomber dans le misérabilisme, le négativisme, le «tout est noir». Il est important que la jeunesse de nos quartiers sache que rien n’est inéluctable, que malgré tous les obstacles, elle n’est pas vouée à l’échec. Or pour cela il lui faut des exemples tangibles de jeunes qui ont su se dépasser, surmonter un environnement a priori peu favorable, et émerger. D’où l’importance de l’image du «héros», à condition que celui-ci ne renie ni d’où il vient, ni qui il est. Là aussi la proximité est primordiale, or pour avoir eu l’occasion de partager des moments avec Younès El Aynaoui auprès de la jeunesse de Hay Mohammadi, j’ai pu constater à quel point il était populaire mais aussi conscient de son impact et de ses responsabilités. Redonner un espoir, une éthique, une morale à la jeunesse n’est pas chose aisée, c’est pourtant une «cause nationale» qui nécessite -et mérite- l’implication de tous.
Alors merci Younès d’y contribuer par ta valeur, ta volonté et ta disponibilité : merci de bien «faire ton boulot» et d’y apporter ce supplément d’âme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *