Transmission : Le civisme en marche

D’un verre rempli à demi, on peut dire, selon sa sensibilité et le message, que l’on veut faire passer qu’il est à moitié vide ou à moitié plein. Ainsi, à l’occasion de l’Aïd-el-kebir, peut-on avec justesse se lamenter sur l’état de saleté de nos rues, de nos trottoirs, de certains de nos quartiers, tant il est vrai – qu’a cette occasion- la saleté de notre environnement immédiat s’amplifie.
Je choisirais pourtant, ici, de m’arrêtter sur les signes positifs de prise de conscience et sur notre degré de civisme qui, bien qu’encore balbutiant, progresse pourtant. La palme revient sans conteste à l’Association Afak qui a décidé, à l’approche de l’Aïd, de sensibiliser ses concitoyens.
La méthode choisie me paraît judicieuse, puisque par des spots télévisés et radios, par la distribution de cassettes (le tout en arabe dialectal), par le parcours d’estafettes munies de haut-parleurs Afak n’a cessé de rappeler les principes d’hygiène et de propreté à respecter.
Des communes et des préfectures ont aussi choisi de se mobiliser et instauré le passage de camions à ordures le jour d’Al Aïd ou encore procédé à la distribution de containers à cet effet.
Je voudrais aussi citer l’exemple de jeunes vivant dans les quartiers populaires où les déchets s’entassent à même le sol, où les braseros servant à rôtir têtes et pieds de moutons transforment les trottoirs en parcours d’obstacles, où la suie qui s’échappe noircit les façades…
En effet de nombreux jeunes -dont ceux membres du réseau Maillage- se sont mobilisés à-la veille et le jour même de l’Aïd de distribuer de grands sacs poubelles à chaque famille de leur hay ou de leur derb, les incitants à les utiliser pour les déchets du dépeçage du mouton, puis le mercredi même-en fin d’après -midi refaire le circuit des familles pour le ramassage de ces sacs.
Ces jeunes, Afak, ces représentants de l’autorité, chacun dans son rôle, ont montré la voie, d’ailleurs la réaction des habitants-dont bon nombre ont répondu à l’appel montre que cela était attendu et que vivre dans la saleté n’est du goût de personne.
Même encore timide, ce pas est important, l’implication de la jeunesse est primordiale, la conscientisation des habitants est vitale. Alors pour faire preuve d’optimisme -à l’occasion de l’Aïd-disons que notre verre de civisme se remplit… Aïd Moubarak Saïd.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *