Tu veux une société en couleurs, ouvre-la !

Tu veux une société en couleurs, ouvre-la !

«Ouvre-la» dans le sens de «ouverture de la société sur l’Autre», «ouvre-la» dans le sens de «exprime -toi, parle, donne ton avis, fais-toi entendre…».

Tel est l’intitulé du groupe lancé sur les réseaux sociaux par des jeunes, des jeunes engagés dans le mouvement associatif – notamment Droit de Cité et MPj – cette initiative virtuelle débouchera en septembre sur un événement artistique dont l’objectif sera de mettre en exergue la diversité de la population marocaine. De mettre en valeur la richesse de sa pluralité humaine, générationnelle, religieuse, culturelle, qui se manifeste également dans sa grande variété de tenues : jellabas, robes, pantalons, foulards, haïks, jupes, serouals, foukias… et dans son droit à choisir son habillement..

Ce groupe qui illustre par des photos montrant des jeunes et des adultes sous toutes sortes de looks vient illustrer une riposte qui prend une grande ampleur : la série de dérives dont l’une des plus significatives est celle de l’indigne procès fait aux deux jeunes filles d’Inezgane, parce que vêtues de robe, a en effet incité, une majorité jusque-là silencieuse, à prendre la parole et ne plus laisser seul(s) quelques courageux(ses) monter au créneau.

C’est ce qu’expriment ces jeunes avec ce slogan «Tu veux une société en couleurs, alors ouvre-la» ! Mais l’indignation dépasse ce cadre et s’élargit à la défense des libertés individuelles et le choix du modèle de société où vivre ensemble aura réellement signification de respect des différences.

L’appel à s’exprimer s’accompagne également d’appels à prendre et à assumer ses responsabilités: ainsi un groupe «N’thassbou» s’est a également été créé sur Facebook par des citoyen(ne)s indignés par «la gestion communale défaillante et en colère contre ce que les élus n’ont pas fait» et a aussitôt enregistré plusieurs milliers d’adhérents, 13.000 en quelques jours. N’thassbou est une voix qui s’élève pour dire que l’heure des comptes approche et montre clairement que les Marocain(e)s entendent bien se faire entendre à l’occasion des prochaines échéances électorales, pour «une commune proche des citoyens et des élus qui les écoutent».

Il apparaît qu’une immense mobilisation se lève visant à préserver notre Royaume des dangers qui la guettent, que ce soit l’interdiction faite aux femmes de porter un maillot sur les plages, avec des pancartes «No bikinis», ou la menace terroriste. Tel est l’objectif du groupe «Non au terrorisme, non à la déstabilisation du Maroc» dont la cruelle et odieuse attaque contre des touristes en Tunisie vient montrer la pertinence et l’urgence.

Cet éveil montre déjà ses fruits sur le terrain puisque le groupe «Mettre une robe n’est pas un crime» a regroupé des milliers de membres en quelques heures et a organisé ce dimanche soir des sit-in impressionnants, tant à Casa qu’à Rabat, et organisera le 6 juillet – jour où les 2 jeunes filles seront jugées – un rassemblement devant le Parlement pour la défense des droits. Ceux qui souhaitent préserver notre diversité, aller de l’avant, s’ouvrir à la modernité -bien comprise- sans renier notre identité, «l’ouvrent» enfin !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *