Awaln’art débarquera dans quatre villes marocaines

Awaln’art débarquera dans quatre villes marocaines

Les Rencontres artistiques internationales en places publiques, Awaln’art, reviennent pour une 8ème édition du 27 mars au 20 avril.

Le Collectif Eclats de Lune, organisateur de cette manifestation dédiée  aux spectacles de la rue, a choisi cette année de faire multiplier les rencontres avec les publics et les faire circuler à Marrakech, Meknès, Agadir et Casablanca. «Nous avons donc choisi de circuler les spectacles dans le pays, consolidant ainsi, non seulement la dimension nationale de la démarche et de l’enjeu, mais aussi la mobilisation des pouvoirs publics et des collectivités locales», soulignent-on.

En effet, Awaln’art débarquera donc dans quatre villes du Royaume grâce à l’appui du réseau des Instituts français et des directions régionales du ministère de la culture, mais aussi en partenariat avec deux événements: Zank’art festival d’arts de rue à Casablanca et la Biennale de Marrakech. Pour ce faire, Awaln’art démarrera à Marrakech et accueillera à Agadir puis Casablanca, Meknès et enfin Marrakech.

Au cour de ce voyage des artistes français, canadiens et marocains sont invités à présenter des installations urbaines et des créations in situ. A mentionner Sandrine Dole, Philippe Allard et M’Barek Bouhchichi. Ces derniers sont invités à montrer leurs installations dans le cadre de la 5ème Biennale de Marrakech.

Plusieurs performances et créations réalisées par des artistes prisés par l’occupation de l’espace public sont prévues. À commencer par un «Passage désemboîté» présenté par la compagnie française Les apostrophés. Il s’agit d’un spectacle enjoué et itinérant pour quatre jongleurs et un musicien. Implanté à Salé, le groupe Overboys  propose une musique voyageuse et éclectique qui égrène au fil de ses compositions des notes colorées sur des rythmes ensoleillés.

Les publics auront l’occasion de découvrir autres types de spectacles de la rue, à savoir «Les poétiques» et «Les burlesques». Ou encore, des installations participatives ou jeux et dérisions ; sorte d’invitation à partager un regard nouveau sur les éléments qui constituent notre quotidien : le football, les bancs publics, le travail…

avec la jeune compagnie marocaine Terminus et les compagnies françaises 1 Watt et Les apostrophés.
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *