Cinéma, exposition, ateliers et concerts musicaux au menu : Et de huit pour le festival Migrant’scène

Cinéma, exposition, ateliers et concerts musicaux au menu : Et de huit pour le festival Migrant’scène

Échanger, partager et réfléchir autour des questions liées aux migrations, aux confluences culturelles et sur la situation spécifique du Maroc en tant que carrefour migratoire, tel est l’objectif du festival Migrant’scène.

Prévu dans sa 8ème édition du 4 au 9 décembre 2017 à Rabat, cet événement est organisé par le groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants en partenariat avec la compagnie Dabateatr. Selon les organisateurs, «le festival met l’accent sur la diversité et la mixité qui sont présentes au sein du public, sur scène (participation d’artistes amateurs et professionnels et de personnes de différentes nationalités dans les créations et résidences) et dans l’organisation même du festival». De ce fait, il propose une programmation alliant cinéma, exposition, ateliers et concerts musicaux.

Le coup d’envoi sera donné par la projection en avant-première du film «Revenir» de David Fedele et Mamadou Bakayoko. Celui-ci raconte les parcours migratoires de personnes ouest-africaines. Ils sont racontés depuis des années à travers le prisme des caméras de journalistes étrangers cherchant à mettre la lumière sur les parcours des exilés. Le public découvrira l’exposition «Regards en mouvement, restitution du projet Arts for Advocacy» à la Villa des arts de Rabat.

C’est un projet fruit de deux ateliers participatifs de vidéo, photographie et performance, qui se sont déroulés à Rabat en mars et octobre 2017, sous la direction artistique des artistes Amine Oulmakki (Maroc) et Julien Fleurance (France) et du comédien et acteur Dabcha (Maroc). «L’exposition restitue la production d’une vingtaine de participants de différentes nationalités, explorant à partir de protocoles construits in situ les possibilités du langage et de l’expression corporelle». Le festival propose également une soirée Stand’up avec Mounia Magueri. «Depuis deux ans, nous avons travaillé avec le Gadem. Dans le cadre du festival Migrant’scène nous avons utilisé l’humour sous différentes formes d’expression artistique : le Web ou podcast, la vidéo ou encore le conte afin de transmettre les histoires des migrants. Et ce sous plusieurs canaux de diffusion : les réseaux sociaux, la projection cinéma, …».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *