Événement à Casablanca : «Paroles urgentes» : Pour dire non à la corruption

Événement  à Casablanca : «Paroles urgentes» : Pour dire  non à la corruption

Après l’exposition «La sagesse des proverbes» organisée l’an dernier, l’heure est venue de lever le voile sur un projet artistique intitulé «Paroles urgentes», organisé par Transparency Maroc à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la corruption. Cette manifestation culturelle est prévue le 8 décembre à la Cathédrale Sacré-Cœur de Casablanca. «Non à la corruption», tel est le message de «Paroles urgentes» à travers diverses expressions artistiques et culturelles, de hip hop, de concerts de musique, de slam, de spectacles de théâtre de rue, de projections vidéo et expositions d’œuvres d’arts plastiques. «L’évènement fédérateur d’énergies multiples donnera l’occasion à des dizaines de jeunes de s’exprimer par le biais de l’art et de la culture sur un sujet qui nous préoccupe tous: la corruption. Joignant le geste à la parole, ces jeunes se créeront ainsi un espace public pour dire l’urgence avec des mots simples et des expressions accessibles à tous», expliquent les initiateurs de cet événement. Entre autres temps forts de cette manifestation d’envergure, un concours national de film vidéo. Il s’agit de la mise en image d’un témoignage à travers une fiction dont la trame de fond est la lutte contre la corruption. Le public verra ainsi une sélection d’œuvres en compétitivité lors de ce concours. Côté musique, des groupes de jeunes musiciens représentant tous les quartiers casablancais viendront sur le parvis de la cathédrale chanter et partager leur musique. Un atelier de fabrication d’instruments de musique à partir d’objets et de matériaux de récupération est également au menu. Quant au volet théâtral, la Compagnie du Théâtre de l’Opprimé propose des spectacles en mouvement. Elle présentera trois performances théâtrales de rue sur le thème de la corruption. Le public pourra découvrir un atelier slam. «Cette halqa rassemble des amateurs et des professionnels pour promouvoir le slam. Un outil qui semble indispensable pour retrouver des repères et renforcer la communication entre générations et groupes sociaux». Etre contre la corruption c’est aussi la dénoncer. De jeunes graphistes en herbe ont leur manière pour dire non à ce fléau. Un concours lancé en direction des étudiants des écoles d’art de Casablanca en juin et septembre a permis de récolter une trentaine d’affiches où les jeunes disent leur indignation face à ce fléau. Les affiches retenues seront accrochées à l’intérieur de la Cathédrale et soumises au public et à un jury qui en sélectionnera deux pour le prix.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *