Jean-Hubert Martin : « Le Maroc ménage une liberté d’expression exceptionnelle dans le monde arabe »

Jean-Hubert Martin : « Le Maroc ménage une liberté d’expression exceptionnelle dans le monde arabe »

 ALM : Comment expliquez-vous le succès que rencontre l’exposition «Le Maroc contemporain» à l’Institut du Monde arabe ?

Jean-Hubert Martin : J’y vois plusieurs raisons. D’abord, c’est une exposition vivante, car elle est composée d’œuvres qui ont un impact visuel. Ensuite, la communauté marocaine de Paris se déplace pour la voir. Enfin, le milieu de l’art contemporain parisien est étonné de découvrir une telle liberté d’expression dans un pays arabe. Sans oublier d’ajouter que peut-être le public est-il enfin prêt à aborder les autres cultures pour leur valeur intrinsèque (sans la tutelle des Européens comme Delacroix et de Matisse !)

Quelle visibilité donne cet événement aux arts contemporains marocains?

Une visibilité plus importante que nous ne l’espérions, grâce au rayonnement de Paris et à un public parisien multiculturel curieux et ouvert. Une exposition nationale de 80 artistes, c’est important. Grâce à internet et aux réseaux sociaux, elle a des répercussions au Maroc.

Vous êtes un spécialiste des arts plastiques marocains, quel regard portez-vous sur cette nouvelle génération d’artistes qui émergent ?

Cette nouvelle génération d’artistes est branchée via Internet. Elle sait ce qui se passe dans le reste du monde en temps réel. Elle a du mal à accepter des conventions sociales qui lui paraissent relever d’un autre âge. Elle le fait sentir et elle s’exprime à travers les œuvres qu’elle crée. Cela dit, elle pratique très rarement la provocation agressive qu’on peut relever dans d’autres pays. La critique inhérente aux œuvres est le plus souvent fine et humoristique.

Comment avez-vous choisi les œuvres exposées ?

Nous avons choisi les œuvres en fonction de leur impact visuel et de leur radicalité. Non pas en fonction des discours tenus soit par les artistes, soit par la critique. Pour la première génération, il s’agit de critères esthétiques, alors que pour les plus jeunes entre en compte la pertinence du propos socioculturel.

Cette exposition sur le Maroc à Paris traduit-elle un engouement pour le Royaume?

Dans la mesure où le Maroc ménage une liberté d’expression exceptionnelle dans le monde arabe, nous espérons que l’expo confortera cet engouement.

Le Maroc est-il une exception dans le monde arabe aujourd’hui ?

On pourrait trouver des situations comparables en Tunisie,  au Liban ou en Egypte, mais pour l’instant c’est au Maroc qu’on trouve une vraie scène artistique locale en plein développement avec un grand nombre d’artistes d’où émergent des talents qui se font connaître internationalement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *