La Faculté des lettres Ain Chok remporte trois prix

La 20 ème édition du Festival international du théâtre universitaire de Casablanca, organisé du 10 au 15 juillet sous le thème «Expressions théâtrales et identités», a réuni des troupes universitaires venant du monde arabe, d’Afrique et d’Europe en lice pour le Grand prix du festival. Ce prix a été décerné, mardi 15 juillet, lors de la cérémonie de clôture du festival à la pièce «Serviteur de Madame» mise en scène par Hamid Morched de la Faculté des lettres Ain Chok. «Serviteur de Madame», (Khdem Lalla) traite dans un style comique de la perte des valeurs humaines dans un monde où l’exception devient la règle. Ainsi dans cette pièce le valet devient maître et le père est mal traité par son propre fils. Outre le premier prix, «Serviteur de Madame» a également décroché le prix du meilleur texte et celui de la meilleure interprétation féminine pour le rôle joué par Samira Hsaika. Par ailleurs, le prix de la meilleure mise en scène a été attribué à la troupe de la faculté de droit de Marrakech pour sa pièce «Peloton à destination de la mort» signée M’barek El Fakir. La pièce met en scène le processus de transformation «de la confrontation d’un ennemi en acte suicidaire : quand la résistance se transforme en un espoir absolu, qui convertit les souvenirs en confession», relève-t-on du dossier de presse du FITUC. Le prix de la meilleure interprétation masculine est revenu au Tchèque Valav Vital de l’Académie de Janacek des arts musicales et théâtrales pour le rôle joué dans «La nuit des assassins». Synopsis : «trois frères et soeurs- Lalo, Beba et Cuca- doivent ranger un grenier. Néanmoins, Lalo refuses, et par force psychique, fait faire interpréter à ses soeurs un spectacle fictif dont les personnages sont les frères et soeurs eux-même, leurs parents ainsi que des amis de la famille, Margarita et pentaleon».
Le prix de la meilleure scénographie est revenu à la pièce «La disparition de Wendy» de Faculté de pharmacie de l’Université Complutense de Madrid. Dans cette pièce, les personnages des contes de Peter Pan et Cendrillon vont se mêler avec des personnages réels afin de recréer l’histoire d’un garçon qui a choisi, le long de son enfance, de rester introverti. Les souvenirs vont se produire comme une représentation dans laquelle se confondent fiction et réalité. Un prix spécial a été décerné à la pièce «Lefahmatour» présentée par les étudiants de la Faculté de droit de Salé. Intervenant à l’occasion de la clôture de cette édition, Rahma Bourkia présidente de l’Université Hassan II- Mohammedia, a souligné que les succès réalisés par le FITUC depuis son lancement, doivent constituer un stimulant pour les organisateurs à aller de l’avant sur cette voie qui allie le pédagogique, le festif et le créatif. Les organisateurs doivent s’impliquer davantage dans la promotion de la formation artistique et académique, a-t-elle ajouté.

«Le festival qui a atteint actuellement le stade de maturité pour devenir «une école» est appelé à investir de nouvelles pistes pour asseoire davantage son aura internationale, mission sur laquelle s’attellera les organisateurs», a affirmé Abdelmajid Kaddouri, président du Festival et doyen de la Faculté des lettres de Ben M’sick. Lors de cette cérémonie, Mohamed Chicha, président de l’Université du centre universitaire de Biskra (Algérie), a remis des attestations de mérite et de gratitude à Rahma Bourkia, Abdelmajid Kaddouri et Abdelkader Gonegai du comité directeur du festival, en reconnaissance des efforts déployés par l’Université Hassan II- Mohammedia pour la promotion de l’art et de la créativité chez les jeunes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *