Le festival de Tétouan n’aura pas lieu

Le festival de Tétouan n’aura pas lieu

Les montages financiers soulignent une fois encore la fragilité des manifestations artistiques au Maroc. Le festival du cinéma méditerranéen de Tétouan n’aura pas lieu. Vieux de douze éditions et doté d’une réputation honorable, ce festival n’intéresse pas pourtant « les partenaires ». Son directeur Ahmed Housni en est amer. Les sponsors traditionnels de la manifestation ont opposé une fin de non-recevoir à ses demandes répétées. Il a déclaré à ALM que l’Office national marocain du tourisme (ONMT) « n’a pas donné un sou » pour la raison que la manifestation ne faisait pas suffisamment la promotion de la ville en direction de l’étranger. L’Agence du Nord, également bailleur de fonds traditionnel, s’est désintéressée de la manifestation. La RAM, qui offrait jusqu’à 35 billets gratuits lors des éditions précédentes, n’en a pas donné un seul, selon le directeur du festival. Il n’y a guère qu’une poignée d’organismes qui ont subventionné le festival. Son directeur cite le Centre cinématographique marocain (CCM) à hauteur de 150 000 DH, la communauté urbaine de Tétouan (80 000 DH) et la société anonyme de publicité (SAP) qui a offert 10 billets d’avion. Interrogé sur le fait d’avoir établi le programme de la manifestation et adressé des invitations aux cinéastes, avant d’obtenir les moyens de le faire, Ahmed Housni répond qu’il agit de la même façon chaque année. «Il ne faut pas espérer obtenir un budget fixe avant de communiquer sur l’événement. Chaque année, c’est une aventure, une lutte acharnée pour obtenir à la dernière minute les moyens de rester debout ! » Cette pratique est d’autant plus vulnérable que certains organismes se désistent de leurs engagements, d’autres mettent du temps pour verser de l’argent ou paient après le déroulement de l’événement. L’Agence du nord « n’a pas honoré son contrat », souligne l’intéressé, alors qu’elle s’était engagée par écrit à soutenir l’événement. Le ministère de la Culture ne s’est pas désisté, pour sa part, mais la lenteur de ses circuits administratifs a empêché les organisateurs de toucher à temps une subvention de 150 000 DH. Quant aux institutions européennes, elles soutiennent le festival, mais paient toujours après la clôture de l’événement. Le manque d’argent a provoqué l’annulation d’un festival de cinéma qui constituait un pont entre les deux rives de la Méditerranée. Des messages de sympathie pleuvent, selon le directeur du festival, de nombreux professionnels des pays méditerranéens, consternés par cette nouvelle. Une interrogation hante aujourd’hui les amoureux du cinéma : ce festival réussira-t-il à se relever ou va-t-il disparaître ?

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *